Notes pour une définition : « Bodymages »

La majorités des vidéos que je suis amenée à observer et analyser sont produites au moyen de téléphones portables. Comme outil de prise de vue, il donne naissance à une manière de filmer expérimentée jusqu’alors qu’une seule fois dans l’histoire :

« Tout l’espace du regard (…) est bouleversé. La main obtient une visée impossible à l’oeil, une visée tactile produisant des images qui peuvent avoir l’expressivité du geste. Comme si le regard filait le long du bras, se greffait sur la hanche, accompagnait les pieds, renversait la tête.1 »

Anne-Marie Duguet décrit ainsi en 1981 la Paluche, cette minuscule caméra inventée par Jean-Pierre Beauviala. À l’époque, l’outil semblait révolutionner la manière d’impliquer le corps dans la prise de vue. La description de la Paluche continue ainsi :

« La caméra, ne se tenant plus devant l’oeil, libère le regard de celui qui filme et permet d’engager d’autres relations avec ceux qui sont filmés.2 »

Cette description vieille de trente ans résonne étonnement aujourd’hui. La visée s’est assurément détachée de l’œil depuis l’émergence des premiers appareils photo à écrans LCD, et le téléphone portable reproduit cette expérience physique de la prise de vue. L’objet, léger et maniable est tenu à bout de bras, souvent brandi dans des prises de vue « à bras levé ». Il se fait prolongement du corps, il en absorbe ou accuse les mouvements, les secousses et les élans. L’outil devient une prothèse de l’œil, nous tendons le bras pour saisir ce que l’œil ne peut voir.

Cette relation à l’outil rappelle une autre description de caméra écrite par Dziga Vertov:

« Je suis le ciné-oeil. Je suis l’oeil mécanique. Moi, machine, je vous montre le monde comme seule je peux le voir. Je me libère désormais et pour toujours de l’immobilité humaine. Je suis dans le mouvement ininterrompu, je m’approche et je m’éloigne des objets, je me glisse dessous, je grimpe dessus (…), je me renverse sur le dos, je m’élève en même temps que l’aéroplane, je tombe et je m’envole avec les corps qui tombent et qui s’envolent.3 »

Vertov imagine une machine indépendante de l’oeil et libérée du corps mais les téléphones portables d’aujourd’hui ne le quittent quasiment jamais. Objet de l’intimité, il contient une quantité importante de données privées et il accompagne son propriétaire partout, jour… et nuit4.

La plupart des images produites aujourd’hui au moyen de téléphones portables donnent ainsi forme à une « image-corps », ou « bodymage », l’anglais permettant une contraction impossible en français, où le tremblé s’apparente à une palpitation. Cette spécificité de la texture même de l’image définie comme « amateur » ou « privée » est à considérer dans les usages qui en sont faits, en particulier à la télévision…

** Illustration : Dessin de Boligán paru dans El Universal, Mexico.

  1. Duguet Anne-Marie, « La paluche, un œil au bout des doigts », in Vidéo, la mémoire au poing, Hachette, 1981, pp. 165-174. []
  2. idem []
  3. VERTOV Dziga, Articles, journaux, projets, Union Générale d’Editions, Paris, 1972. []
  4. Une enquête réalisée en 2012 par le Pew Research Center a révélé que 44% des adultes américains dorment avec leur téléphone portable. « The Best (and Worst) of Mobile Connectivity », Pew Research Center, 30 novembre 2012. []

5 réflexions au sujet de « Notes pour une définition : « Bodymages » »

  1. La camera Gopro, qui a beaucoup de succès parce que très peu coûteuse, peut se fixer à un casque, sur le guidon d’un vélo ou même sur le dos d’un faucon ou d’un lion. Elle est surtout utilisée par des sportifs souhaitant immortaliser leurs exploits, comme ici http://fr.gopro.com/

    … mais pas seulement: http://culturevisuelle.org/fovea/archives/576

    La camera imaginée par Dziga Vertov me fait inévitablement penser aux caméras ultralégères accrochées sous de petits hélicoptères 4 pales télécommandés (autrement dit des drones)comme dans cet exemple de heurts entre police et manifestants à Istanbul: http://vimeo.com/68229603

  2. A propos de la paluche, de jean Pierre Beauviala et de tant d’autres, je recommande un film dont nous avons projeté quelques extraits dans notre séminaire « Filmer le champ social » à l’EHESS

    Julie Conte
    Un chat sur l’épaule
    Documentaire, 52min, HD, couleur.2013
    Production : Pages et Images

    Synopsis
    Depuis 40 ans, dans ses ateliers grenoblois, Jean-Pierre Beauviala invente avec et pour les cinéastes des caméras qui ont changé les façons de « faire du cinéma ».
    Aujourd’hui, le marché est saturé de nouveaux outils. La révolution numérique a fait son chemin.
    Le cinéma abandonne peu à peu la pellicule et perd de sa dimension artisanale.
    Et pourtant Beauviala continue d’inventer. À quelle utopie reste-t-il fidèle ?

  3. La paluche était une révolution (qui n’a guère eu qu’un succès d’estime) parce qu’elle dissociait l’objectif du corps de la caméra rendant possible des mouvements à la prise de vue, panos, grue, qui auraient supposé un matériel beaucoup plus lourd.
    Son successeur me semble plutôt à chercher du coté des objectifs QX10, QX100 connectés par wi-fi à un smartphone que Sony vient de sortir.
    http://www.lemondedelaphoto.com/Sony-QX10-et-QX100-un-nouveau,8351.html
    L’objectif peut-être tenu à bout de bras et réaliser facilement des mouvements de grue ou des travelling. Le smartphone ou la tablette, connectés en Wi-Fi à l’objectif, permettant de visualiser les images pendant la prise de vue.
    La principale différence ergonomique, c’est que la tuyauterie qui reliait l’objectif à l’enregistreur a disparu, et que l’on n’est plus obligé de porter sur le dos ou sur le ventre un enregistreur à bande au poids et à l’encombrement conséquent.
    L’objectif est autonome (le capteur numérique est dans l’objectif) et si l’on est prêt à se passer de viseur (et donc de smartphone), on peut filmer en l’utilisant comme une extension du bras et de l’œil. Ca se rapproche physiquement étonnamment de la caméra stylo d’Alexandre Astruc ou de la caméra indépendante de l’oeil et libérée du corps de Vertov.

    La réception sur les forums photo de ce nouveau concept est mitigée.
    Probablement parce que ce n’est pas une rupture technologique mais une révolution ergonomique.
    Et les avis sont très partagés pour savoir si c’est un gadget qui va multiplier les selfy ou une révolution d’où naîtra une nouvelle façon de filmer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *