riotporn

« Riot porn », de quoi parle-t-on?

Il y a quelques mois, alors que je demandais à un ami italien s’il avait suivit la mobilisation et les affrontements qui avaient eu lieu à Cremona suite à l’agression d’un jeune homme par un groupuscule d’extrême-droite1, il me répondit sur le ton de la plaisanterie « bien sûr, je suis comme tout le monde, je mate du riot porn« . L’expression signifie quelque chose comme « porno émeutier » mais comme pour tous les vocables nouveaux, il n’existe pas de dictionnaire éthymologique ou historique et il s’avère difficile de retrouver l’origine et les usages du terme.

Sur Google2 la recherche avec comme mot clef « riot porn » conduit à des blogs3, pages facebook et twitter recensant des images d’émeutes, une vidéo youtube, un site se définissant comme anarchiste4, un article de média indépendant américain5 sur les émeutes de Baltimore, ou encore une page de « dictionnaire », le « urban dictionnary »6.

Ce dernier donne la définition suivante :

c-e-riotporn

L’exemple d’utilisation de l’expression est particulièrement révélateur. Alors que les blogs et pages Facebook se revendiquant de l’expression réunissent quasi exclusivement des images fixes, la définition donnée ici indique que le riot porn se consomme sur Youtube et qu’il s’agit donc de vidéo. Par ailleurs, l’expression est ici présentée comme utilisée par les consommateurs eux-mêmes et non par des médias ou des institutions dénonçant le voyeurisme d’une jeunesse en perte de valeurs. L’article de PJmedia quand à lui utilise l’expression pour dénoncer le voyeurisme médiatique : « CNN certainly got their full quota of riot porn tonight« .

On trouve également une publication datant de 2011 intitulée « Riot Porn: Dispatches from a Dangerous Culture« , recueils d’articles de Laurie Penny, une jeune journaliste et militante de la New Left anglaise. Le titre semble cependant tout au plus une accroche.

Du côté de la presse rien à signaler, quand aux bases de données scientifiques, deux articles émergent : le premier7 utilise ce terme dans une note : « Le terme de « riot porn » est parfois employé par les activistes pour désigner ces images montrant des personnes manifestant, face à une violence policière dure. » Le deuxième article8 l’utilise comme une catégorie (de vidéos) à part entière, sans que celle-ci soit jamais définie.

S’agit-il donc d’une catégorie pour assimiler l’émeute à la pornographie, c’est à dire ici à une pratique déviante, ou d’une catégorie assimilant l’émeute à un jeu, consommable ensuite comme un spectacle, dans un geste potentiellement provocateur?

Le mot « porn » semble être utilisé en anglais pour désigner l’objet d’une consommation ou pratique obsessionnelle. On trouve ainsi également l’expression « ruin porn » pour désigner l’attrait pour les photographies de ruines (certains vont jusqu’à s’interroger sur la psychologie du « ruin porn« …!).

On remarquera que l’usage de porn, dans le cas de riot porn comme de ruin porn, tend dans les deux cas à désigner précisément des images, fixes ou animées, et le terme se fait alors en quelque sorte synonyme de voyeurisme. L’usage du terme pornographie est donc ici relativement fidèle à son éthymologie, le suffixe « graphie » désignant l’écriture et par extension la médiation, ici visuelle. Mais cet usage pourrait-il suggérer une conception de la pornographie comme nécessairement visuelle et/ou les images comme fondements des conduites considérées déviantes?

Quelle que soit son origine, il semble que le sens de l’expression ait donc circulé, du négatif au positif, des observateurs aux acteurs, constituant tout à la fois une catégorie destinée à désigner (et par la même construire) la déviance, et un vocable vernaculaire provocateur.

Reste à savoir comment construire une recherche ayant pour objet les usages du riot porn, et par là même comment faire corpus. Affaire à suivre…

  1. Le 18 janvier 2015. []
  2. Google USA. Google France et Google Espagne donnent les mêmes résultats mais dans un ordre différent et pour Google Italie un article en italien s’ajoute aux résultats. Quand à Duck Duck Go, le moteur fournit sensiblement les mêmes résultats avec quelques variantes (plus de vidéos, des articles sur l’Ukraine et sur les émeutes de Ferguson). []
  3. www.reddit.com/r/Riot_porn ; riotporn.blogspot.com/ ; anarchicpandas.tumblr.com/ []
  4. http://www.submedia.tv/stimulator/ []
  5. http://pjmedia.com/eddriscoll/2015/04/27/this-is-cnn-23/ []
  6. http://www.urbandictionary.com/define.php?term=Riot%20Porn []
  7. Poupin Perrine, « Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ?. », Participations, 2013 []
  8. Rasza Maple, « Beyond ‘Riot Porn’: Protest Video and the Production of Unruly Subjects », Journal of Anthropology, 2014 []

9 réflexions sur “ « Riot porn », de quoi parle-t-on? ”

  1. Une autre référence qui peut permettre de décoder les connotations du terme « porn » lorsque l’on ne parle pas de pornographie : Wolff Benjamin, La Routinisation d’une catégorie politique. Sociologie comparée des discours publics sur la pornographie (1975-2010), mémoire de master 2, Paris, EHESS, 2012. L’auteur montre que les deux tiers des occurrences du terme « pornographie » dans la presse quotidienne nationale ne désignent pas les représentations sexuellement explicites mais la pornographie « informationnelle », « climatique », « de la pauvreté », etc.

    1. Merci Florian pour cette référence! Ces emplois rejoignent les anglicismes en « porn » puisqu’il s’agit de caractériser un usage (un traitement? médiatique? qu’est-ce qu’une « pornographie climatique »?!). Cependant en anglais, le pornographique n’est pas simplement un caractère temporaire, mais tend à constituer un objet en soi il me semble. Et c’est là que se trouve une partie de mon questionnement: cette expression désigne-t-elle un type d’objet ou un type de pratique et fait-elle catégorie?

  2. Je connaissais le food Porn
    « Puis en 1984, Rosalind Coward, auteur et journaliste, utilise le terme « food pornography » pour la première fois dans son ouvrage « Female Desire ». Ce terme symbolise, pour elle, la façon dont les magazines et revues féminines « mettent en valeur la nourriture grâce à des photos magnifiquement éclairées et très retouchées ». Selon elle, ces images ont pour effet de provoquer un sentiment de plaisir interdit rappelant une autre forme de plaisir tout aussi plaisant mais culpabilisant : celui provoqué par la pornographie »
    http://www.restoconnection.fr/definition-food-porn-decryptage/
    Il y aurait donc une obligation esthétique pour que ces photographies d’émeutes méritent le qualificatif de Porn. Encore que contrairement à ce que laisse entendre cette citation, une belle lumière et un usage violent de Photoshop ne me semble pas caractériser la photographie pornographie. 🙂

    1. Merci Thierry pour cette référence! C’est un point très intéressant. Le terme « riot porn » pourrait en effet désigner une représentation esthétisée de la violence.

      1. Si je comprends bien vos commentaires, le terme « porn » ne désignerait pas l’image, ni sa retouche, mais son usage, et plus spécifiquement le fait qu’il y a / aurait / un plaisir compulsif dans leur visionnage. Et plaisir déviant puisqu’on fait alors un usage dévié, narcissique (pour le coup, là) d’un objet qui avait initialement espoir de porter un « message politique »,

        1. Bonjour,
          oui en effet il me semble que le terme désigne un usage. C’est en tout cas l’hypothèse que je fais. Un usage qui est caractérisé comme déviant ou comme obscène (quand celui-ci désigne un traitement médiatique par exemple). C’est ce double emploi du terme (il désigne les consommateurs autant que les diffuseurs) qui rend la chose complexe.
          Quand il désigne le consommateur il me semble qu’il ne s’agit pas tant de dénoncer une consommation déviée d’un objet portant un « message politique » mais de dénoncer que l »émeute puisse être regardée (et filmée?). Et alors l’expression se pare d’une troisième signification. On pourrait dire que le « riot porn » est selon le contexte :
          – un type de vidéos représentant des émeutes
          – un type de consommation (compulsif..) de vidéos d’émeutes
          – un type de traitement médiatique mettant en avant les affrontements ou la violence d’une mobilisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *