Visibiliser ou « faire communauté »?

« Tout le monde déteste la police! » C’est ce que scandent, en français, des militants italiens à l’occasion d’une manifestation. La scène  a eu lieu il y a quelques jours, probablement à Turin, et a été filmée puis mise en ligne sur la page Facebook du groupe des jeunes contre le TAV (Train à grande vitesse qui doit relier Lyon a Turin et dont le projet fait l’objet d’une contestation depuis plus de 10 ans). Elle circule très largement depuis, relayée entre autre par de nombreux utilisateurs français. Cette vidéo est intéressante pour ce qu’elle révèle à la fois de la circulation des répertoires mais également du développement des usages des images dans les mobilisations. Comme pour la plupart de ces « vidéos manifestantes » dont l’auteur et les intentions ne sont pas connues, l’adresse1, c’est-à-dire le(s) destinataire(s) de la vidéo s’avère une question en partie insoluble et pourtant centrale.

Le slogan crié en manifestation est déjà une énonciation à adresses multiples2. Dans la situation, il parait adressé aux CRS (qui reculent après avoir bloqué le cortège) mais étant dans une autre langue et se référant à un slogan récent employé dans une mobilisation d’un autre pays3, il n’est pas certain que ceux à qui il parait d’abord adressé le comprennent. Dès lors, le slogan est également destiné aux manifestants eux-mêmes qui partagent un savoir commun, et aux spectateurs présents… et futurs. La conscience de la médiatisation, volontaire ou non, implique en effet que toute forme de pratique manifestante puisse être pensée pour un public plus large que celui effectivement présent.

L’ action est ainsi filmée et partagée en ligne. S’il n’est pas possible de savoir si la séquence était plus longue que celle qui nous est donnée à voir et donc si elle a été coupée pour extraire ces 40 secondes pendant lesquelles le slogan est répété, la description de la vidéo insiste sur le fait que les CRS reculent –signifiant une victoire des manifestants– et sur le slogan, suggérant que c’est bien cet élément qui veut être donné à voir (ou entendre).

Capture d’écran 2016-05-12 à 13.09.08
« La police recule et le cortège repart, chantant en coeur « tout le monde déteste la police »

Comme l’atteste le fait que ni la date ni les revendications ne sont précisées dans la description, la diffusion de la vidéo a un objectif qui dépasse clairement la manifestation qu’elle donne à voir et suggère une fonction mobilisatrice non plus pour la lutte locale mais contre un système qui dépasse les frontières nationales. C’est en quelque sorte une façon de rendre littérale l’expression « tout le monde ». On notera ici que le partage de vidéos d’émeutes décontextualisées semble animé de ce même projet. Par ailleurs, des dizaines de commentaires4 usent de termes du registre de la satisfaction tels que « ça fait du bien », « ça fait plaisir », « c’est tellement agréable de voir ». Ces traces de réception sont des indices intéressant qui mériteraient d’être approfondis.

De manière générale, on peut affirmer que la vidéo sert donc moins ici à visibiliser une lutte qu’à affirmer une solidarité envers une autre mobilisation, revendiquer une croyance dans l’internationalisation ou la convergence des luttes, affirmer une opposition à un système global et procurer du plaisir à une communauté de spectateurs qui pourrait être/devenir une « communauté de contestation ».

Au delà d’une analyse en termes de sensibilisation à la cause et de revendications de visibilité, les productions visuelles des mouvements sociaux sont donc à penser dans un écosystème complexe. Si le slogan a une fonction et un sens sur le moment où il est ennoncé, et une fonction et un sens distincts au moment de sa diffusion en ligne, cela n’est pas uniquement dû à la distance temporelle entre les deux moments. Pour le dire autrement, même en plan séquence la vidéo n’est pas la simple documentation d’une situation mais un objet signifiant à part entière, déterminé par les choix (forme, descripteurs, plateforme de mise en ligne..) de celui qui la réalise et la diffuse et par ceux qui la reçoivent et la relayent.

  1. Riboni U., 2016. « Filmer et partager la révolution en Tunisie et en Égypte : représentations collectives et inscriptions individuelles dans la révolte », Anthropologie et Société, 40-1, p. 51-69. []
  2. pour une interrogation plus précise sur le slogan voir par exemple : ici et ici []
  3. en particulier à Paris à l’occasion des manifestations contre la loi « Travail » []
  4. la vidéo a fait l’objet d’environ 53 000 vues, 76O partages et commentaires, chiffres relevés le 9/05/16 à 15:10 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *