Mémoire audiovisuelle 2

Je fais suite ici aux commentaires de Ulrich Fischer et Hélène Motteau sur mon précédent billet.

UF : « l’idée est de croiser les autorités (les images de réalisateurs, de la télévision, mais également des utilisateurs / citoyens) autant que les styles et les époques »

Les frontières partageant les registres d’images, professionnelles/ individuelles, ou nobles/populaires sont désormais poreuses. Les uns parlent de « proam » (professionnels amateurs), les autres de « médiacultures »1. Par ailleurs, ces différents registres sont constamment manipulés par les utilisateurs : des milliers de vidéo sur Youtube proposent des montages d’images d’actualités télévisées avec des images anonymes, et le phénomène des « mashup »2 est désormais installé. Pourtant le terme « d’autorité » reste il me semble tout à fait d’actualité. En effet, mon étude de l’utilisation des vidéos amateurs au Journal Télévisé me porte à penser qu’une autorité prend nécessairement le dessus et que l’amateur reste souvent cantonné à la négation « non-professionnel ». Le téléphone mobile permet-il de dépasser cet « univers de discours » 3 et donc son autorité ? Sans doute pas puisque ce n’est pas tant l’objet (télévision ou téléphone) mais bien le contexte (JT ou site internet) qui définit cet univers. C’est donc bien la façon dont le site du projet (ou l’application mobile liée) contextualisera l’image, qui conditionnera « l’univers de réception » et la place laissée aux différentes autorités.

 

HM : « La définition d’une archive n’est elle pas d’être le fruit d’un hasard? Ou bien d’avoir une intention première définie, qu’elle soit personnelle (souvenirs d’une foire, d’une plage, d’une naissance, d’un inauguration…) ou historique (manifestation, élection…)? »

UF : « Tout devient mémoire liée au territoire à partir du moment où l’on remet sur le territoire ce que l’on y a filmé. »

Le devenir archive d’une image est-il une évidence? Les 70 heures de vidéo qui sont mises en ligne chaque minute sur Youtube ne deviendront pas des archives. Certaines disparaîtront, d’autres n’accèderont jamais à la « visibilité ». Le « direct » télévisuel ou via des applications web comme bambuser.com, est également destiné à rester éphémère. C’est donc bien sa place (archive institutionnelle) et sa mise en visibilité (au JT par exemple) qui donne sont statut d’archive à l’image.

HM : « Que voulons-nous contempler, l’interpénétration des mondes numériques et réels ? Ou bien le monde réel via une image qu’un homme, un jour, dans un espace, produit ? »

UF : « (…) la mémoire audiovisuelle de manière organique »

Le monde virtuel, s’il m’apparaît difficilement comme organique (à part chez Cronenberg…) n’est sans doute pas autre chose qu’ « une image qu’un homme, un jour, dans un espace, produit ». Puisqu’enfin, le virtuel est bien, encore, une création de l’homme.

Mais que penser de cet objet, le mobile, pour accéder à une mémoire? Comment dépasser l’écran et porter attention à l’espace traversé tout autant qu’à ses représentations? Le téléphone participe de l’interaction avec les autres mais comment peut-il participer également de l’interaction avec l’espace? Les touristes-photographes qui regardent, sans le voir, le monde à travers la machine, pourraient en faire douter sérieusement…

  1. MACÉ Eric, MAIGRET Eric, Penser les médiacultures: Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Armand Colin-INA, 2005. []
  2. Le mashup en matière de musique ou mash-up, est un style consistant à mélanger deux titres existants en un titre. Le mashup, en video, consiste à mélanger des images et des sons.Un mashup en informatique est un site web ou une application dont le contenu provient de la combinaison de plusieurs sources d’information. Le document composite produit est aussi appelé compendium. []
  3. voir Frédéric LAMBERT []

Une réflexion au sujet de « Mémoire audiovisuelle 2 »

  1. Bonsoir Ulrike et Hélène,
    merci pour cette discussion. C’est vrai que dans mes commentaires, je n’ai pas été très précis sur les concepts et images que j’ai utilisé.
    En fait, la première question qui me semble importante de préciser, est de définir « l’échelle » de ce que l’on nomme document d’archive. Il y a bien sûr les films produits par ces autorités établies (TV, réalisateurs professionnels etc) qui sont archivés, mais au delà de ces films (ou en dessous, la face invisible de l’iceberg) il y a les rushes, les « briques de bases » de tout film. A l’époque du celluloïd et de la vidéo sur bande, ça ne faisait pas sens de garder cette mémoire là (trop cher, impossible à valoriser efficacement, trop de place de stockage); mais aujourd’hui, on peut se reposer la question (le « cloud » coûte, mais plus tant que ça).

    C’est par cet angle là que j’ai envie de regarder la question de la mémoire et des archives: avant qu’un plan devienne important dans un film, il existe en tant que tel, comme mémoire d’un moment, d’un lieu, d’une relation, d’une idée. La même chose pour tout plan qui n’a pas été retenu dans le film final.
    Ce serait en somme d’archiver avant même que le film existe… Il faudrait donc peut-être utiliser le mot plus neutre de stockage – mais de toutes manières, la question la plus importante en lien avec le stockage / archivage, c’est les modalités d’accessibilité (ces fameux droits de lecture / écriture) combinés aux droits de combinaison justement (le fait d’avoir le droit dès le départ de faire du mashup, du montage).
    Aujourd’hui, on a ce que l’on appelle un rapport de tournage qui atteint souvent les 50/1 voir plus (donc 50 heures de rushes pour 1 heure de film au final). Sans vouloir tout garder (comme par exemple http://research.microsoft.com/en-us/projects/mylifebits/) et oublier qu’il y a aussi besoin de l’oubli (de vider la poubelle), se pose quand même la question du montage de l’image en mouvement au delà de la timeline (cette ligne de temps qui fusionne les rushes en une seule et nouvelle entité). Le cadrage de la timeline provient des contraintes du modèle économique Cinéma – celluloïd et de la TV – vidéo et de leurs machineries respectives; aujourd’hui, nous ne sommes plus forcément tenus à cadrer nos productions dans ces modèles là.
    J’ai fait l’autre jour une présentation qui essaye de « spatialiser » ces questions liées à la machine cinéma: http://prezi.com/nltvzymidavy/la-machine-cinema/

    Personnellement, j’aime bien l’image de la « spaceline », où les images existent dans un contexte spatial (et non plus seulement temporel), et où les liens entre les images sont générés de manière dynamique en fonction de l’usage d’un territoire. D’une certaine manière il n’y a pas découplage entre le réel et le virtuel (en tant qu’espaces), mais une sorte de territoire ou d’espace hybride (que je nomme souvent, par analogie un peu rapide, mémoire audiovisuelle organique).
    Le virtuel coule dans les veines du réel…

    Tout ça pour dire que finalement, la question de l’autorité n’est pas tant celle du spécialiste, mais d’une autorité « contextuelle » (qui a vu, capté et remis une portion d’espace / temps particulière dans un contexte donné). Cette autorité contextuelle peut être n’importe qui dans l’absolu, mais c’est vrai que c’est souvent des personnes qui fonctionnent dans le cadre d’un projet, d’une scénographie d’usage spécifique.
    La question maintenant c’est comment orchestrer cette scénographie d’usage(s) de ce territoire hybride, où nous pouvons utiliser des outils d’interaction / médiation qui sont presque devenus aussi populaires que les TV’s dans nos salons. Ces petites briques (de base ?) que nous avons dans nos poches, miniaturisation à l’extrême de nos besoins en hardware, sont en fait une sorte de portail vers ce monde de données où tout est possible, tout est à lire et à écrire (et relire et réécrire etc). Mais quand on voit ce que nous proposent les applications de réalité augmentée, on est pris de vertige et on ne sait plus où regarder; la réalité est déjà tellement complexe et riche qu’il n’y pas réellement besoin d’en rajouter. Peut-être que l’on trouve le chemin à la pizzeria la plus proche avec ces applications AR, mais ça s’arrête là. Pourquoi le chemin du numérique s’arrête ici, et il n’est pas possible de nourrir nos besoins en poésie, en stimulation sensorielle, émotionnelle, esthétique ?
    Et si plutôt que d’augmenter, on diminue ? ou plus précisément: on cadre ? Le cadre serait simplement le fil d’une histoire, une des histoires possibles parmi la multiplicité des histoires potentielles qui nous entourent (au gré des combinaisons de ces briques de bases entre elles, selon des modalités à orchestrer en amont, on à rejouer en aval).

    Il y a certainement besoin d’une autorité qui puisse produire un scénario d’usage de ce territoire hybride, en cadrant le flux (via une logique de filtrage) des données de manière organique (désolé, j’y reviens…) à l’échelle du corps humain dans la ville: le mètre et non le pixel; la seconde et non plus le nombre d’images par seconde; une stimulation des sens plus complète et non pas seulement visuelle et sonore.
    Pour résumer, avant de voir (les images, les archives, la mémoire), il faut vivre (une expérience, un chemin, un processus) et être, devenir partie prenante plus ou moins active du nouvel objet que l’on constitue (le film, le récit).

    Pour moi le dépassement de l’écran passe par le son: cette brique technologique qu’est notre smartphone, on la met dans la poche, et on « plonge dans le réel » grâce au fait que l’on a l’image qui correspond au son que l’on entend juste sous ses yeux: seulement, ce n’est pas l’image synchrone et illustrative de ce que l’on entend. C’est donc à notre imagination de prendre le relais: on entend une voix qui vient du passé (proche, lointain) et qui nous raconte une histoire qui s’est déroulée juste là, devant nous. La balle est dans notre camp.

    Bon du coup je ne sais pas si je répond un peu aux interrogations ci dessus, ou si j’ouvre de nouvelles portes et interrogations… ?

    Bien à vous deux, ulrich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *