Internet **activisme?

Du médiactivisme au « journalisme citoyen ».

Dans leur livre Médiactivistes, les chercheurs Dominique Cardon et Fabien Granjon1 l’affirment dès la première ligne : « La production de l’information est un enjeu de lutte ». Jusqu’à présent, la remise en cause des médias dominants « et/ou la mise en œuvre de dispositifs alternatifs d’information » pouvait être définie par le néologisme « médiactivisme ». Derrière lui, quelques décennies d’expérimentations des médias « révolutionnaires » aux médias « alternatifs », que Cardon et Granjon résument brillamment, bien que rapidement, dans leur livre. Mais comme le soulignent les auteurs, « le destin du médiactivisme  dans le contexte créé par l’idée qu’il est désormais possible à tous de publier sur internet » est incertain.

Force est de constater que les expériences de médias d’information alternatifs sur internet ont subi plusieurs échecs. La progressive disparition d’Indymedia2 en témoigne, comme la récente remise en cause d’Agoravox3 qui semble destiné à la même fin. Le principe d’ « open publishing »4 prôné par Indymedia, comme celui de « sélection par les pairs »5 d’Agoravox sont de fait profondément remis en cause.

Pourtant, « l’alternative » semble avoir gagné du terrain : les images amateurs se trouvent en première pages des grands journaux, la parole du témoin ou du blogueur a gagné en légitimité, et les « lanceurs d’alerte»6 et les pratiques de vérification de l’information et de contre-expertise des internautes font désormais trembler les plus grands médias.

Blogueurs, whistleblowers et amateurs ne sont cependant pas ou plus désignés comme des « médiactivistes » mais comme des « journalistes citoyens » selon l’expression « citizen journalism »  importée des Etats-Unis. L’ « activiste » aurait donc disparu au profit du « citoyen ».  Cette évolution sémantique n’est pas neutre. Elle participe à la fois d’une légitimation de l’action -le citoyen a un droit de parole légal, et d’un effacement de l’aspect conflictuel ou contestataire. Cette évolution est-elle révélatrice d’une évolution sociale, où la participation, si elle reste critique, perd en conflictualité? Ou d’une volonté politique et médiatique de le faire croire ?

L’évolution est sans doute principalement dans l’objectif de ces pratiques : s’agit-il encore d’ « être le média », comme le revendiquait le slogan « Don’t hate the media, be the media »7 d’ Indymedia ? Comme dans les récentes révolutions, de la Tunisie à l’Égypte, où la prise du pouvoir ne fait pas partie des revendications, la remise en cause des médias ne semble plus s’appuyer sur des médias alternatifs, mais uniquement sur des contenus alternatifs.

Mais alors que Cardon et Granjon interrogent « pourquoi réserver aux seuls professionnels de l’information le droit de produire nos représentations du monde ? », il convient peut être de demander également pourquoi réserver aux seuls professionnels de l’information le droit de diffuser nos représentations du monde ?

Hacktivisme vs « Datalove ».

La question d’une éventuelle perte de conflictualité des expériences médiatiques alternatives rejoint celle, il me semble, d’une possible politisation des milieux hackers.

Depuis Wikileaks, et avec Anonymous ou Telecomix, les hackers sont revenus sur le devant de la scène médiatique, et sont désormais facilement associés à une image positive de défenseurs de la liberté d’expression et des droits fondamentaux.  On s’interroge sur la possibilité pour les Anonymous de « changer le monde »8, on parle d’ « altermondialistes numériques »9, de « nerds ultrapolitisés »10 ou encore de « hackers humanitaires »11. Dans le même temps, l’émergence des Partis Pirates déplace les enjeux liés aux technologies dans la sphère de la politique officielle.

Pourtant, s’il est certain que « la cyberculture est empreinte de contre-culture »12 ou que « depuis ses balbutiements, Internet recèle une puissante dimension politique »13, il n’est pas sûr que l’ « hacktivisme » (contraction de hacker et activisme), ne soit pas soluble dans le « lol » (acronyme de laughting out loud qui signale une blague ou un trait d’humour dans une conversation en ligne).

En effet, les groupes les plus visiblement « politiques » refusent parfois d’admettre un quelconque engagement au profit du simple amusement.

C’est le cas des membres de Telecomix (en) France (ils rejettent l’idée d’une « branche française » de l’organisation). Alors qu’ils se sont fait connaître pour leurs actions de soutien aux insurgés tunisiens et égyptiens et qu’ils collaborent actuellement avec la Ligue des Droits de l’Homme (en particulier sur la question syrienne), ils déclaraient lors de la 4ème édition de « Pas Sage en Seine »14 à la Cantine15 : « On ne fait pas la révolution, on vit par et pour le réseau et quand il est attaqué on le défend, c’est tout. »  Quand on leur demande ce qu’ils pensent du Parti Pirate, ils répondent : «  on est tous des gros anarchistes, donc la politique traditionnelle sous forme de partis on en a rien à foutre » et enfin « on est apolitiques ». Si l’un d’eux corrige d’un « a-partisans, pas apolitiques », le mot est lâché.

En effet, puisque le credo de Telecomix est le « datalove »16, c’est à dire littéralement l’amour des données, il s’agit de « faire circuler l’info quelle qu’elle soit », à priori sans engagement, mais selon leur propre image : comme « des plombiers, pas des architectes ».

Ce discours me semble caractéristique de ma génération et encore plus de celle qui vient : un rejet du politique qui oscille entre un refus pur et simple de tout engagement, et une opposition à une politique institutionnelle dans laquelle il n’est plus possible de se reconnaître.

Mais les communautés hacker ont depuis toujours été divisées entre plusieurs orientations. A commencer par l’opposition « gentils/méchants » ou « chapeaux noirs » et « chapeaux blancs » selon le lexique hacker : les premiers ont des intentions malveillantes, ils pénètrent les systèmes informatiques dans un but personnel pour détruire ou voler des informations ; les seconds pénètrent et révèlent les failles des systèmes de sécurité informatique pour en avertir les concepteurs et offrir leur aide pour les résoudre. Ensuite avec la distinction Open Source et Free Software qui oppose Eric Steven Raymond à Richard Stallman. Alors que ce dernier met en avant les mérites éthiques et philosophiques des logiciels libres17, Eric Raymond préfère souligner la qualité des logiciels à code source ouvert, d’un point de vue purement technique, et en conséquence, économique.

Ainsi, ailleurs, chez les hackers allemands par exemple, les revendications politiques sont plus assumées. Dans le discours des membres allemands de Telecomix, où il est d’ailleurs amusant de retrouver des militants du Parti Pirate allemand, ou dans la bouche de Daniel Domscheit-Berg, ancien membre de Wikileaks et fondateur d’Openleaks :

« En Allemagne, le hacking, connecté au Chaos Computer Club par exemple, est traditionnellement ancré dans la vie sociale, la politique, s’intéresse à l’impact de la technologie sur la société. Il y a donc toujours eu un fort mouvement social au sein de la communauté hackers. »18

  1. CARDON Dominique, GRANJON Fabien, Médiactivistes, Paris, Presses de Science Po. 2010. []
  2. Plateforme participative née de la mobilisation altermondialiste de Seattle en 1999, et symbole du médiactivisme des années 2000. []
  3. http://www.streetpress.com/sujet/41152-agoravox-vie-et-mort-d-un-site-de-journalisme-citoyen-a-la-francaise []
  4. « Publication ouverte », signifie qu’il n’y a aucun contrôle ni censure des publications. []
  5. Les rédacteurs qui ont posté au moins 4 articles décident par vote de la publication d’un article. Il doit obtenir un certain nombre de voix pour être mis en ligne []
  6. De l’anglais « whistleblower », désigne une personne ou un groupe qui décide de dévoiler des informations susceptibles de mettre en péril la société. []
  7. « Ne haïssez pas le média, soyez le média » []
  8. BARDEAU Frédéric et DANET Nicolas, Anonymous. Peuvent ils changer le monde ?, FYP Éditions, 2011. []
  9. ibid. []
  10. http://owni.fr/2011/03/02/chroniques-de-rechi-hacker-le-systeme-politique-est-une-question-de-volonte/ []
  11. voir entre autres le « Random Act of Kindness », événement qui réunit des hackers et des ONG []
  12. http://www.paris-web.fr/2012/conferences/hacktivisme-hacker-la-politique-et-les-ong.php []
  13. voir le blog Geek Politics []
  14. http://www.passageenseine.org/ []
  15. voir http://lacantine.ubicast.eu/videos/telecomix/ []
  16. datalove.me []
  17. Libre signifie libre d’accès, c’est à dire que les spécificité techniques sont accessibles et donc modifiables. []
  18. http://blog.lesoir.be/geek-politics/2011/08/10/openleaks-no-limit-a-la-fuite/ []

8 réflexions au sujet de « Internet **activisme? »

  1. @ AnonYme
    Thank you for this reference!

    I think you’re right, and the example raised by Anna Reading is relevant.
    Many analysis have also underlined the choices of the September 11 images by newspapers as a very conscious choice of a certain historical recall. The image, amateur or not, carries many symbols. We must pay attention at the choices made by medias, in the large « catalogue » of amateur materials, as in professional photos.

    In addition, and before reading all Reading’s paper, i am not convinced that amateur videos contribute in a « nationalist tendency ». Their use does.
    The word « citizen » in « citizen journalist » is probably not referring to a « world citizen », but professional journalists are not less influenced by their cultural background than amateurs.

  2. The problem of questioning the mainstream media, and not just the content they broadcast has perhaps been underestimated. In fact, despite the apparent « new grassroots media style » conveyed by the massive use of mobile videos, it is very difficult to perceive the kind of dynamic that large television companies are trying to trigger.
    Here is a specific example which could be extended or adaptated to other circumstances … (Note: the author uses the term mobile witness as a synonym for citizen journalists)

    “An analysis of mainstream news coverage of the 7 July Bombings by Silke Arnold-de Simms
    (2007) suggests that it was the cultural memories of the Second World War London Blitz that
    were drawn on by news organizations rather than cultural memories of IRA bombings or memories
    of September 11. The image of survivor, Adam Stacey, could be said to fit within this
    broader discourse of the Blitz spirit, through rearticulating earlier cultural memories of the stoicism
    of ordinary Londoners taking shelter underground, while showing it as an attack on this
    place of safety.
    This signals that some of the performances and speech acts of mobile witnessing are then also
    culturally emplaced within resources that include earlier technologies, as well as the particular
    news values and ethics of mainstream news organizations that are using citizen’s witness images
    to mobilize nationalism in ‘the war on terror’. »

    Ref: Reading, A. (2009) ‘Mobile Witnessing: Ethics and the Camera Phone in the ‘War on Terror », Globalizations, 6

  3. Merci Raphaële pour tes questions.
    Il me semble difficile d’affirmer avec certitude que l’engagement soit une question générationnelle ou nationale. Je pense que ce sont des facteurs influents qui se conjuguent. L’Allemagne, comme le dit très bien Daniel Domscheit-Berg, est bien sûr marquée par une tradition contestataire puissante et indépendante qui perdure dans une forme sans doute plus « underground » qu’en France. Par ailleurs le collectif hacker le plus influent à l’échelle internationale est allemand: le Chaos Computer Club. Je pense également que le refus du « politique » est profondément générationnel. Il apparait comme le fils légitime d’un mouvement d’individualisation, des pratiques et des rapports sociaux.
    Pourtant, la conscience critique semble vive et trouve de nouvelles formes actives, en France comme ailleurs. C’est la citoyenneté qui se redéfinit peut être, quelque part du côté des blogueurs, des whistleblowers et des amateurs…

  4. Merci pour cette mise en perspective historique de la politisation des expérimentations de médias alternatifs en ligne. En suivant le fil de la dernière partie de ton analyse, celle de Télécomix, doit-on comprendre qu’il existe des tradition nationale qui influent sur le positionnement des acteurs? Ou s’agit-il d’une question de génération ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *