L’extrême témoin

« Je demande aux responsables de toutes les chaînes de télévisions qui auraient ces images en leur possession de ne les diffuser sous aucun prétexte ».

Cette déclaration péremptoire fut prononcée le 27 mars dernier par Nicolas Sarkozy. Les images qu’il déclare indiffusables sont celles de la tuerie de Toulouse, filmées par une caméra sanglée sur le corps même du meurtrier: Mohamed Merah.

Comme les images de la mort de Ben Laden, celles des victimes de Mohamed Merah resteront absentes. Sont-elles « dues » comme celles de Ben Laden? Ou bien est-ce que les images ont des statuts différents selon que l’auteur est le meurtrier ou un témoin, que le mort est une victime ou un bourreau?

Malgré l’idée répandue selon laquelle la télévision serait une créature assoiffée de sang et de spectaculaire, la violence, réelle, nous est souvent épargnée. André Gunther citait l’exemple des images d’Abou Ghraib1 mais nous pouvons en faire  l’expérience tous les jours au Journal Télévisé. Dans mon étude sur l’utilisation télévisuelle des vidéos amateurs du soulèvement iranien de 20092, j’avais abordé la question du filtrage des vidéos montrant la répression. Quand Youtube regorgeait de vidéos d’une violence et d’une crudité inouïe, le JT évitait soigneusement les plans dépassant une certaine « distance de sécurité » (selon les termes d’un journaliste) d’avec un cadavre ou un blessé. Seule Al Jazeera revendiquait la diffusion de ces vidéos dans leur intégralité et affirmait cette différence en opposition à l’Occident:

« Il y a des critères que l’Occident a imposés dans la diffusion de toutes les images, pas seulement pour ce qui se passe dans le monde arabe, mais pour toutes les guerres. S’il y a un accident ou autre, à votre avis, est-ce que le respect des morts justifie que l’on cache les images et qu’on ne les montre pas autant qu’elles méritent ? »3

Mais alors où commence le voyeurisme?

shootfilmnotpeople

Ce que nous apprend Mohamed Merah c’est que le point de vue du filmeur définit le statut de l’image. Des images réalisées par des SS, que Claude Lanzmann affirmait vouloir détruire si elles avaient existé, ou faites depuis le point de vue dit du sniper (depuis un toit), portent en elle la trace de la main qui tenait l’appareil.

Pourtant, le cinéma est capable, peut être le seul capable, de s’emparer de ce point de vue sans pour autant trahir les victimes. En témoigne le très beau film de Susana de Sousa Dias, 48, présenté ces jours-ci au festival Les États Généraux du Documentaire de Lussas dans la programmation Route du Doc dédiée cette année au Portugal. Le film est constitué intégralement de photographies anthropométriques de détenus politiques réalisées par la PIDE, la police politique de la dictature de Salazar. Ce sont des portraits frontaux de visages saisis à leur entrée en prison ou après plusieurs années de détention. En voix off, les anciens détenus racontent, en regardant leur propre image, la violence inouïe subie par leurs corps et leurs esprits pendant ces années de détention. Ces visages, sur lesquels la torture n’a pas encore laissé de traces, ou dont on discerne les cernes, les rides, les regards douloureux qui disent la souffrance, regardent dans les yeux leurs bourreaux. C’est de ce point de vue que nous suivons les récits, à la place même de ceux qui perpétraient alors les pires atrocités. Mais parce que les voix sont saisies dans leur espace présent accompagnées des sons qui les entourent, parce que cette parole se déploie dans la durée, et parce qu’il est laissé à celui qui n’avait pas été photographié, comme aux autres, l’espace de témoigner, le point de vue du film s’avère bien ne pas être celui des images.

Si elle contient en elle le regard de celui qui l’a saisie, l’image quelle qu’elle soit, pourrait donc trouver sa légitimité. C’est l’espace, filmique ou physique, dans laquelle elle sera installée qui définira sa nature4. Mais le degré de violence qu’elle expose peut-il toujours permettre sa réhabilitation?

  1. http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2006/02/16/112-abou-ghraib-originaux []
  2. publication à venir []
  3. NAMOUR Jumana, « Ada’ al I’lam al gharbi fil-harb ‘ala lubnan » (« Les moyens de communication occidentaux dans la guerre contre le Liban »), Bila Hudud, 26/08/2006, in TALON Claire-Gabrielle, Al Jazeera, Liberté d’expression et pétromonarchie, Presses Universitaires de France 2011, Paris, 285 p., p178. []
  4. voir également le billet de Rémy Besson []

8 réflexions au sujet de « L’extrême témoin »

  1. translation quality is far too low, considering the complexity of the subjects. I can get a general idea of the subject but I fail in understanding your opinion and all the details. Italian could be good too but who read in italian? Since there’s a trade-off between your spare time and your professional success, try to be efficient.. english is the best option!

  2. @AnonYme
    What do you mean by « isn’t an option »? You did not get access to it or the translation is not good enough? I will try to make translations, into italian too, but as you know, it take a lot of time.
    Thank you for the « goldmine »!

  3. Google translate isn’t an option. While trying to familiarize with the written french, would it be possible to read a proper english version? For future works also?

    By the way, you may want to take a look into this goldmine: « The Theatre of Terror: Relationships Between Media, Terror and
    Government – Raphael Cohen-Almagor » (http://www.hull.ac.uk/rca/docs/courses/terror.pdf)

  4. dans l’affaire Merah, ma conviction intime est que la réalité à été manipulée et l’absence de photo (des victimes de l’école, des obsèques, du départ en Israël des parents touchés par le drame) m’a empêché de faire la part entre le réel et la manipulation.
    idem avec Ben Laden..
    ce n’est pas que les photos soient « dues », c’est qu’elles sont dues que lorsqu’elle arrange le pouvoir/ donc qu’elles sont vraies, on peut vérifier.

    l’absence de photo nest plus, à notre époque, pour protéger du regard l’horreur au quidam mais tend plutôt à la manipulation de l’information..invérifiable…

  5. Si on en doutait…
    Un article de Slate.fr publié aujourd’hui pose la question suivante: « Fallait-il publier des photos de la fusillade de l’Empire State Building sur Instagram? »

    http://www.slate.fr/story/60867/fusillade-empire-state-building-photos-instagram

    Le journaliste rapporte les propos du photographe amateur:

    « @ryanstryin a expliqué que, par respect, il avait attendu que l’officier de police cache en partie la scène avant de la prendre en photo, mais qu’il n’avait pas pensé à ne pas la mettre en ligne.

    «C’était la victime et je m’excuse auprès de sa famille, mais il fallait que cela soit rapporté. C’était ma réalité», a-t-il écrit. »

    Et il conclue par: « Heureusement, @ryanistryin a aussi eu le bon sens de rapporter cette réalité sans utiliser un filtre. » …

  6. Certes, les images portent en elle la trace de la main qui tenait l’appareil, mais ce n’est pas cette main qui va leur donner ou non une légitimité. L’image échappe à son auteur dès lors qu’elle est diffusée et c’est le contexte de cette diffusion, ce que le diffuseur comme le récepteur vont leur faire dire qui me semble déterminant. La pire des propagandes au cinéma comme sur Internet détourne des images qui avaient été réalisées avec les « meilleurs » intentions, et inversement je pense que l’on devrait utiliser des extraits des films de Leni Riefenstahl pour enseigner le nazisme (ou introduire une réflexion sur les jeux olympiques) à l’école.
    Pour en revenir aux images de Mohamed Merah, ces images ne seraient pas plus ou moins acceptables si elles avaient été filmées par des caméras de surveillance. Le contexte culturel et politique serait le même.

    1. Bonjour et merci de votre commentaire.
      Vous dites que c’est le contexte de cette diffusion qui vous apparait déterminant. C’est également mon avis et ce que j’affirme d’ailleurs par cette phrase: « C’est l’espace, filmique ou physique, dans laquelle elle sera installée qui définira sa nature ». Cependant se saisir de telles images n’est pas chose aisée et votre affirmation quant aux films de Leni Rifenstahl devrait être développée. Je ne peux que vous renvoyer à nouveau au billet de Rémy Besson qui souligne très clairement les enjeux qui sont ici à appréhender.
      Pour ce qui est des images de Merah, je crois au contraire que si les meurtres avaient été filmés par des caméras de surveillance, la question de la diffusion de ces images ne se poserait pas dans les mêmes termes. Des images de caméra de surveillance auraient pu être floutées pour épargner ou atténuer le caractère violent de la scène. Ce n’est pas possible avec les images de Merah. Même floutées elles resteraient probablement insupportables. Parce que la violence de ces images réside moins dans l’image elle même que dans l’intention du geste d’enregistrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *