À bras levé

Parmi les images récentes de manifestations, un geste, répété des centaines de fois, émerge ici comme ailleurs: le bras levé du vidéaste amateur. Serait-il une nouvelle forme symbolique?

Photo illustrant l’article « Syria Disrupts Text Messaging of Protesters With Made-in-Dublin Equipment », Ben Elgin et Vernon Silver, 15/02/2012, bloomberg.com © Fred Dufour/AFP/Getty Images
©Reuters

Il ne s’agit pas d’une forme symbolique issue d’un répertoire de signes: elle n’existe pas parmi les formes interprétées « à bras levé » comme l’est le salut romain, le salut tout court, le doigt d’honneur, le V de la victoire ou le poing levé. Mais cela ne tient pas au fait que le geste soit celui de brandir un objet. En effet, l’objet brandi devient également une forme symbolique dès lors qu’il appartient à un répertoire de signes partagés: on se souvient ici des chaussures brandies en signe de mépris à Hosni Moubarak. Ce « signe de mépris » est intelligible parce qu’il fait partie d’un répertoire culturel partagé. Il n’est bien sûr pas nécessairement universel.

Des manifestants place Tahrir brandissent des chaussures en réaction au discours de Hosni Moubarak, Février 2011 © DR

L’objet téléphone portable ne semble pas appartenir à un répertoire de signes. Même brandi, il n’est rien d’autre qu’objet sans signification. Il peut cependant devenir symbole… dès lors qu’il prendra place dans l’image. Ainsi, quand un reporter du Times demande aux « protestataires » qu’il photographie d’apporter un « mementos of protest » (littéralement, un souvenir) plusieurs apportent un téléphone (un iPhone précisément). Dans le portofolio (voir aussi l’article d’Alain Bertho et mon commentaire), l’iPhone photographié devient alors, par l’action de la légende, la représentation symbolique du corps du manifestant.

© Peter Hapak for Times

La légende identifie les trois hommes à gauche comme des « activistes syriens » et rapporte le témoignage de l’un d’eux: « J’ai été torturé pendant trois jours, c’est à ce moment là que j’ai commencé à être plus actif et à utiliser un pseudonyme » dit Jarrah » ((« I was tortured for three days, and that’s when I became more active and started using a pseudonym, » Jarrah says. » )), la phrase suivante ajoute: « A droite, son iPhone endommagé » ((« Right, his damaged iPhone. » )). L’enchainement des deux phrases et la juxtaposition des deux photos fait soudain de l’iPhone le seul témoin physique de la violence. La coque brisée semble témoigner de la torture subie par le corps de Jarrah qui n’en porte pas trace (sur l’image).

Ailleurs, le téléphone accompagne le visage masqué.

Photo illustrant l’entretien « Nasser: les indics sont partout », Delphine Minoui, 19/06/2009, lefigaro.fr

La photo ci-dessus représente Nasser, un jeune iranien qui témoigne du mouvement de contestation des élections pour le Figaro, en juillet 2009. Là encore, le téléphone n’est pas seulement un téléphone, c’est, selon la légende, « le téléphone portable qui lui permet de prendre des photos des manifestations ». Tout comme le vert du turban, le téléphone devient donc le symbole de la contestation.

Mais gageons qu’il suffit d’une image pour remettre en question une analogie… :

© Carl de Souza/AFP

Non plus symbole de la contestation (vous l’aurez compris…) il n’en reste pas moins une représentation symbolique. Un indice? Le titre de l’article qui accompagne la photo est le suivant « Les téléphones portables bénis par un prêtre dans une église de la City »1. Le téléphone a ici remplacé la charrue comme symbole du travail.

Le téléphone portable, s’il peut donc symboliser la révolte, le corps violenté, ou encore le travail, ne devient pas nécessairement une forme symbolique dans un répertoire de signes partagés. Quoi qu’il en soit, brandi à bout de bras, il pourra peut-être tout de même se voir reconnaître comme un des « familiar gestures » de la révolution, tels que décrits par Ariella Azoulay2.

  1. http://www.ladepeche.fr/article/2010/01/11/752683-les-telephones-portables-benis-par-un-pretre-dans-une-eglise-de-la-city.html []
  2. AZOULAY Ariella, The revolution is the language, the photographs are its writing paper, Photoworks, n°16, Spring/Summer, 2011. []

9 réflexions au sujet de « À bras levé »

  1. @Olivier.
    À nouveau pardon de cette réponse tardive et merci d’appuyer sur ce point essentiel.
    Bien sûr, ce sont d’abord les images qui « font » le sens. Mon billet s’appuie d’ailleurs sur une série d’images précisément. J’ai tenté à chaque fois de prendre en compte le conTEXTE (quand il était définit) c’est à dire les légendes et les autres photos qui les accompagnaient. Mais c’est la reproduction de cette figure visuelle qui m’a alertée. Et qui nous fait quitter le domaine de l’image pour celui de l’expérience. Qu’en est-il donc de ce geste quand vous y êtes confronté directement, sans image intermédiaire, dans la rue ou dans un concert?

  2. @Thierry.
    Merci et pardon pour cette réponse tardive. La nuance que vous introduisez est en effet nécessaire. C’est bien l’enregistrement qui définit ce geste et donc sa distance. Mais il me semble que l’affirmation de Peter « la captation de l’événement serait presque un effet secondaire d’une intention primaire, celle de participer au présent » ne me semble pas remise en cause. Du mode briquet, on passe au mode caméra et les limites entre fusion et distanciation sont aussi minces que le pouce.

  3. Ce geste est effectivement devenu un signe, par sa réitération régulière dans certains contextes, mais il me semble difficile de lui attribuer un sens définitif et stable sans tenir compte de la manière dont il est utilisé par celui qui montre l’image où il apparaît (son éditeur). Chez Nasser, par exemple, il s’agit de brandir l’arme principale de la révolution, le téléphone qui communique avec l’extérieur, avec l’intérieur et qui prend des vidéos compromettantes pour le régime, c’était le pari de cette révolution, il y a eu Néda et puis rien finalement ne s’est produit à l’exterieur. Dans une autre utilisation, comme l’a remarqué André à l’aéroport ou comme je le montrais dans ce billet sur cette figure à la une de Libé, (http://culturevisuelle.org/parergon/archives/1583) il s’agit de signifier l’importance d’un événement ou d’une personne en montrant qu’il a été souligné par des photographies… Conjointement et par extension ce geste montré peut signifier l’appropriation, car c’est typiquement ce qui peut éventuellement constituer son sens récurrent, le ver son bras et brandir son camphone, c’est s’approprier une portion du temps et de l’espace, c’est cadrer… Dans d’autres cas évoqués plus haut, le geste de brandir son téléphone se calque assez littéralement sur celui de brandir son briquet, pour « signifier » sa présence et participer à une communion… ce qui compte alors, plus que l’appareil photographique, c’est la lumière qu’il diffuse… Quand il s’éteint pour se mettre en veille, on le rallume… ce n’est pas tout à fait la même figure…
    La figure du brandissement de son appareil est une nouvelle figure visuelle, mais il me semble tout de même que c’est le contexte où elle apparaît, son dispositif de monstration qui lui donne un sens dont le point commun est de manifester une forme de souveraineté de sujet imageant, sa force d’appropriation…

  4. Dans le briquet ou dans l’utilisation du flash de son téléphone à la demande de Robbie Williams http://www.petapixel.com/2010/08/01/awesome-camera-flash-experiment-at-a-robbie-williams-concert/ , il me semble que l’on est dans la fusion. Fusion avec les autres spectateurs, fusion avec son idole.
    Dans les smartphones brandis pour filmer, on est dans l’appropriation. En filmant on introduit une distance entre soi et l’évènement. On est suffisamment distant vis à vis de l’évènement que l’on vit pour penser à en garder un souvenir ou penser, comme l’évoque Raphaële, à la fonction utilitaire que peut avoir son smartphone.

  5. Merci Peter!
    En effet le parallèle avec le briquet-téléphone est tout à fait pertinente. Je partage également la conjugaison au présent que tu soulignes. Le geste s’affirme sur le moment même comme un « j’y suis », au delà de l’éventuelle trace (futur). C’est un geste qui implique en disant l’importance accordée à l’évènement par son auteur.
    Tu as bien sûr fait partie de ces 30-40%… 😉

  6. Le caméra comme métonymie du corps qui (se) manifeste me semble une piste très fructueuse, même si on ne peut pas le généraliser à 100%.
    Pour moi, l’autre référence « éclairante », c’est toujours le briquet qu’on lève (allumé) lors d’un concert:
    http://2.bp.blogspot.com/_PdnZ8gzHzOw/S3EEJSY97LI/AAAAAAAABPc/aSjuZa-ad1g/s400/lighter+at+concert.jpg
    D’autant plus qu’un certain fabricant de téléphones portables a déjà fait le lien:
    http://www.myedgesoftware.com/LotsaLights/LotsaLights_files/iPhone_Lighter.jpg
    Et que cela semble en effet signaler une transition réelle dans les pratiques:
    http://steveleeds.wordpress.com/2010/09/26/lighters-held-aloft-at-rock-shows-have-given-way-to-camera-phones-meet-the-backlash/
    Le sens du geste serait donc moins « j’y étais », que « j’y suis », et la captation de l’événement serait presque un effet secondaire d’une intention primaire, celle de participer au présent, même quand on n’a rien de plus précis à faire.
    Hier soir, lors du défilé au Caire à la mémoire des martyrs de Maspero, ça m’a frappé encore plus fort en direct: tout le monde (c’est-à-dire, 30-40%, ce qui est quand même énorme) filme (ou photographie).
    Alors, même si ce geste n’a pas de signification, il a clairement un sens qui est en train de se disseminer, et ainsi de se partager.

  7. sans faire de hors sujet, le titre « à bras levé » me fait pensé aux jeux olympiques de 68, avec les poings fermés pendant la cérémonie de remise des médailles.
    http://www.pyepimanla.com/dec_jan_07/auteurs/jabiru/textes/Jeux-Olympiques_et_%20Black-%20Power.html

    on lève au ciel pour réclamer justice, avant c’était le poing maintenant ça serait le portable photographié (qui peut aussi photographier)

    mais on peut encore aussi lever des armes ou des trophées en l’air…non?

  8. Merci Raphaële pour ta lecture.
    En effet, le téléphone brandi face aux forces de l’ordre peut être entendu comme une forme symbolique signifiante qui exprimerait quelque chose de l’ordre de « je te surveille ». Elle est d’ailleurs développée dans les campagnes de communication du mouvement dit de « copwatching » sur lequel je reviendrai probablement.
    Cependant je ne suis pas sure qu’il ne s’agisse « pas de monuments de l’expérience privée ». En effet ce geste n’est pas toujours celui que tu décris face aux forces de l’ordre. Parmi les vidéos de manifestations, une part seulement rend compte d’affrontements. Il y a aussi des centaines de vidéos de défilés de cortèges, de chants, de discussions, où il s’agit simplement d’enregistrer l’évènement quand il se déroule, sans que le geste soit une menace. Ces vidéos là sont une façon d’affirmer, à nouveau, ce « j’y étais ».

  9. Merci Ulrike d’attirer ainsi notre attention sur ce motif contemporain qu’est le téléphone portable brandit « à bras levé », qu’il semble important effectivement d’interroger.
    J’avoue que je ne suis pas sûr d’être totalement d’accord avec l’interprétation que tu proposes ici.
    En effet, il me semble que brandir son téléphone portable lors d’une manifestation revêt une dimension utilitaire, enregistrer, liée à sa dimension symbolique. Il s’agit de signifier que les faits qui se déroulent auront vocation a être connus de tous. Ici, contrairement à l’usage analysé par André Gunthert, il ne s’agit pas de monuments de l’expérience privée, mais bien de placer l’action sous le regard de tous et non des seuls protagonistes.
    Cette dimension de l’usage de l’image s’est imposée à moi lors d’une manifestation à Séville en 2002, contre le Sommet Européen. Lorsque la tension entre les manifestants et les forces de l’ordre était forte, le réflexe commun était de brandir (à l’époque) les appareils photos et caméras comme une menace symbolique: si la force physique était du côté des force de l’ordre, la puissance de l’information était du côté de la foule.
    Enfin ta dernière image introduit une nuance importante dans cette lecture du geste. En effet, il ne s’agit pas seulement de brandir le support d’enregistrement, mais aussi d’enregistrer. Ce que les participants à la bénédiction ne font pas: les téléphones sont tournés vers le prêcheur, perdant ainsi de leur valeur symbolique comme outil de témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *