Zone sensible

En 1990,  la première organisation nommée Copwatch1, littéralement « surveillance de la police » voit le jour aux États-Unis. Un an plus tard, le 3 mars 1991, le calvaire d’un jeune afro-américain, Rodney King, passé à tabac par des policiers à Los Angeles est filmé par un vidéaste amateur. Largement diffusée, la vidéo bouleverse l’opinion et conduit à la mise en examen des auteurs des violences, à un procès très médiatisé et aux émeutes de Los Angeles de 1992, suite à l’acquittement des policiers mis en cause. La vidéo venait d’être consacrée outil de résistance face aux violences policières.

(1)

Depuis, avec l’arrivée des fonctions photos et vidéo des téléphones portables, la pratique du copwatching s’est affirmée et répandue et les associations militantes ont investit internet. Mais la conscience du pouvoir de témoignage des images dépasse les militants de ces organisations. Lors d’interpellations ou d’arrestations,  le réflexe de photographier ou filmer de la part des témoins de la scène précède souvent les éventuels actes de violence. La présence policière suffit souvent à susciter le geste.

Pour le sociologue Michaël Meyer2, le copwatching est une revendication d’un droit de regard sur l’action des forces de l’ordre les obligeant à rendre des comptes aux citoyens le cas échéant. Les caméras auraient ainsi un effet dissuasif sur la police, en diminuant le sentiment d’impunité. La conscience  de cette surveillance par les intéressés est en tout cas bien réelle comme le rapporte un militant de Copwatch français3: “Les flics n’avaient qu’un mot à la bouche, “Copwatch”. Dès qu’ils voyaient une caméra ils disaient “faites gaffe là, y’a du Copwatch” et ils remontaient leur cache-cou.” De nombreux cas d’arrestations abusives de filmeurs ou de confiscation/destruction de matériel ont par ailleurs été dénoncées4.

La législation française stipule pourtant qu’il est légal de filmer la voie publique ainsi que les représentants de l’ordre, comme le rappelle Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat majoritaire Unité-SGP Police5: « Juridiquement, il n’existe pas d’interdiction de publier des photos de policiers dans l’exercice de leurs fonctions. Sauf pour des cas particuliers, comme ceux des policiers protégés par le secret défense ou ceux qui se trouvent en contact avec le grand banditisme. Hormis ces circonstances particulières, le droit à l’image d’un policier est le même que celui de tout un chacun. »

Aux États-Unis, le copwatching est  explicitement protégé, en vertu du Premier amendement à la Constitution, qui garantit la liberté d’expression et la liberté de la presse. Et si les « copwatcheurs » ne sont pas plus appréciés par la police américaine, en particuliers semble-t-il depuis le 11 septembre 2001 où la menace terroriste est régulièrement invoquée pour justifier l’interdiction de filmer, la dénonciation par la presse de ces affaires est sans équivoque6. Un syndicat, l’ American Civil Liberties Union a même imaginé une application Android gratuite appelée Police Tape pour permettre aux « copwatcheurs« , militants et badeaux de filmer les policiers malgré leurs réticences. L’application permet en effet  de photographier, filmer et enregistrer du son en toute discrétion: une fois lancée, l’application disparaît ainsi automatiquement de l’écran pour éviter toute tentative de suppression7.

L’Espagne, quant à elle, pourrait bien être un des premiers pays européens à s’opposer législativement à ce « droit de regard » des citoyens. Il semble en effet qu’une loi visant à interdire de filmer ou photographier les forces de l’ordre soit en préparation8. La nouvelle loi interdirait « la prise, la reproduction et l’édition d’images, de sons, ou d’informations des membres des forces sécurité ou des forces armées dans l’exercice de leurs fonctions » a déclaré le directeur de la police, Ignacio Cosido9. Mais aussi la diffusion d’images et de vidéos sur les réseaux sociaux tels que Facebook. La diffusion seule serait donc également punissable.

Mais la loi reste contournable, et seule une solution technologique serait en mesure de rendre aveugles ces yeux enregistreurs. Apple pourrait bientôt fournir la solution. Il semble en effet que l’entreprise soit sur le point de produire une solution technique pour bloquer les transmissions d’informations, photos et vidéos inclues, des appareils personnels. C’est à dire qu’elle fournirait la possibilité de décider ce qui pourrait ou ne pourrait pas être documenté, par des téléphones portables en particuliers, durant n’importe quel évènement public considéré comme « sensible ». L’outil permettrait ainsi de délimiter un espace, sensible donc, (« sensitive area ») sur lequel désactiver les fonctions d’enregistrement photo et vidéo des appareils présents. Cette « commande » serait diffusée via le réseau, wifi ou 3G. Les évènements sensibles seraient « des opérations gouvernementales ou policières », mais aussi à des « meetings, des avant-premières de films, des cérémonies religieuses, mariages, enterrements » ou encore des « lectures académiques » (!)10. Il est  évident qu’un tel outil pourrait être utilisé tout autant pendant des manifestation, des émeutes, et dans le cas de violences policières. Avec un tel outil, il ne serait plus nécessaire de solliciter les opérateurs de téléphonie mobile pour endiguer la communication d’images (comme ce fut le cas en Birmanie ou en Égypte par exemple), il serait possible d’en empêcher même la capture. Et nos appareils, de mouchards activables à distance, deviendrait par une étrange ironie, des témoins désactivables à distance.

Le comble est bien que l’usage de la vidéo par les forces policières durant des évènements (« sensibles » bien sûr) comme des manifestations, est habituel depuis bien des années. En y ajoutant les dizaines d’autres caméras (de surveillance) présentes, on peut considérer la pratique du copwatching comme un simple réajustement des forces. Mais il ne s’agit plus seulement de copwatching. Ce que l’éventuel projet d’Apple remet en question n’est pas seulement le « droit de regard sur l’action des forces de l’ordre » mais bien le droit de regard tout court. Le droit de s’approprier des traces de l’évènement, de témoigner de sa présence, de faire sienne la représentation des situations vécues… Car si un tel outil serait utile à des gouvernements ou des forces de polices souhaitant contrôler la représentation d’évènements (manifestations, catastrophes naturelles, meeting politiques..), il intéresserait tout autant des entreprises souhaitant retrouver l’exclusivité de la prise d’images (d’un évènement sportif, d’un concert..). L’image retrouverait sa rareté et la valeur économique qui en découle, et les professionnels seraient sauvés du chômage. Mais parce que la liste d’ « évènements sensibles » contient aussi la sphère privée (mariages, enterrements), c’est toute la représentation de la vie sociale qui serait remise en cause.

S’il est difficile de savoir si Apple ira au bout d’un tel projet, sa simple évocation interroge un nouveau « droit à l’image ». Le même qu’évoquait André Gunther dans son billet critiquant la volonté du Musée d’Orsay d’interdire la photographie au musée. Car si la boulimie d’image peut agacer (moi la première), les panneaux indiquant les points où il est possible (ou nécessaire, ou suggéré, tout est dans cette nuance) de photographier me mettent tout autant mal à l’aise. Imaginer qu’il puisse désormais y avoir des « points aveugles », qui seraient désignés par des panneaux « zone sensible » (où le mot sensible, par une énième ironie, n’évoquerait pas la pellicule..) me semble une science-fiction singulièrement inquiétante.

Concernant le copwatching, voir aussi:

http://www.wethenet.eu/2012/04/le-copwatching-nouveau-terrain-de-lutte-pour-la-liberte-dexpression/#fn-1109-2

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/300911/copwatch-un-premier-site-citoyen-contre-les-violences-policiere

http://copwatch.fr.over-blog.com/

http://copwatch-mirror.qsdf.org/

http://owni.fr/2012/08/03/la-police-dans-le-viseur-police-tape/

Iconographie: (passer le curseur sur les images pour faire apparaître les numéros)

(1) Capture d’écran de la vidéo amateur du passage à tabac de Rodney King.

(2) Image réalisée pendant les émeutes de Londres pour la BBC

(3) Capture d’écran d’une vidéo postée sur Youtube en juillet 2010

(4) Illustration d’un billet de blog intitulé « Photographing police is not a crime »

(5) Capture d’écran d’une vidéo réalisée par un blogueur dans les rues de Londres

(6) Policier polonais.

(7) et (9) Illustration d’un blog.

(8) Illustration d’un article d’Indymedia.

(10) Sur les routes d’Andalousie.

  1. http://www.berkeleycopwatch.org/history.html []
  2. Meyer Michaël, 2010, « Copwatching et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance »,. Ethnographiques.org, vol. , n° 21. , http://www.ethnographiques.org/2010/Meyer []
  3. Pollini Camille, « Une plainte contre des policiers pour violence et vol de caméra », 26/04/2012, Télérama.fr, http://www.lesinrocks.com/2012/04/26/actualite/une-plainte-contre-des-policiers-pour-violence-et-vol-de-camera-11252723/ []
  4. voir par exemple: « Il filme des policiers en train de griller un feu : « Efface ton film ou on t’embarque ». » ou la vidéo « J’ai filmé les flics, la police, et meme les keufs » []
  5. http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Peut-on-diffuser-sur-Internet-des-photos-de-policiers-dans-l-exercice-de-leurs-fonctions-_EP_-2011-10-02-718484 []
  6. voir par exemple: « Photographers snap over use of Section 44 by police officers« , »Abuse of Terror laws continues » ou « NY Press Club Calls For Investigation Into NYPD’s Treatment of Journalists During Zuccotti Park Raid«  []
  7. source: http://www.aclu-nj.org/news/2012/07/03/aclu-nj-releases-police-accountability-app []
  8. http://blogs.mediapart.fr/blog/unknownsoldier/061112/la-revolution-ne-sera-pas-televisee []
  9. http://rt.com/news/spain-ban-photos-police-794/ []
  10. source: http://rt.com/news/apple-patent-transmission-block-408/ []

4 réflexions au sujet de « Zone sensible »

  1. Oui, oui… tout à fait !

    Mais ce que je voulais dire, c’était que tous les éléments étaient là.
    Il y a tout ce qu’il faut dans ces appareils pour désactiver les fonctions de prise de vue. Même si ce n’est utilisé (pour l’instant) que pour quelque chose de différent, il n’y a pas grand-chose à faire pour généraliser cela. Ce n’est plus juste une idée dans un brevet déposé par Apple, c’est aujourd’hui presque une réalité pour certains appareils photo. Et, qui peut dire que cela n’attend pas d’être activé ?

    Aujourd’hui, on peut imaginer plein de choses. Mais certaines marques d’appareils photo ont dépassé le stade de l’idée : elles ont franchi le cap de l’altération du fonctionnement normal de leur appareil (photo)… et cela, surtout, à l’insu de leur client et utilisateur ! Qu’est-ce qui va les empêcher de continuer (avec la désactivation des fonctions de prise de vue) ?

  2. Bonjour et merci pour votre commentaire. Il s’avère que ce dont traitent ces deux articles c’est de l’effacement de métadonnées, ici de géolocalisation. La photo ou vidéo peut donc être prise mais on ne peut plus prouver la localisation de la prise de vue (si tant est que les métadonnées puissent constituer une preuve). Vous conviendrez que c’est bien différent de la désactivation des fonctions de prise de vue d’un appareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *