La vidéo amateur au journal télévisé (1/2)

Je souhaite proposer ici un extrait (découpé en deux billets) d’une étude que j’ai réalisée en 20111. Si certains éléments nécessiteraient d’être mis à jour (2 ans et tout est déjà à revoir!), il me semble que les dynamiques générales restent les mêmes. Voir également sur le sujet les deux billets, entre autres, d’André Gunthert « La faute aux amateurs » et « Ne parlons plus des amateurs« .

La couverture médiatique des récents soulèvements iranien ou arabes révèle une modification du traitement visuel de l’information : les images dites « amateurs », malgré les complications techniques et déontologiques qu’elles supposent, ont trouvé leur place dans le paysage. Jusqu’à présent, la plupart des analyses se sont portées sur l’impact des amateurs sur le statut des professionnels, c’est à dire l’éventuelle remise en cause des preneurs d’images « légitimes », les JRI (journalistes reporter d’images) et les photoreporters. Pourtant c’est également tout le système d’approvisionnement en images des médias audiovisuels, orchestré par des acteurs monopolistiques tels que les Agences Reuters, APTN ou AFP vidéo, qui semble remis en cause. Qu’en est-il?

Cette étude s’attache à détailler les différentes étapes et acteurs de la récupération des vidéos amateurs par les médias audiovisuels, ainsi que les processus de contrôle de flux et de contenus qu’ils mettent en place.

PROCESSUS ET STRATEGIES POUR LA RECUPERATION DE MATERIAUX AMATEURS

Sur le terrain et sur internet

Les vidéos amateurs sont récupérées d’abord sur le terrain par les journalistes eux-mêmes : « Aujourd’hui, sur le terrain, le réflexe des journalistes est d’enquêter, mais également de frapper aux portes, pour voir si quelqu’un a filmé »2, témoigne Etienne Leenhardt, responsable du service enquêtes et reportages de FRANCE 2. « Trouver la personne qui a « la preuve par l’image » fait désormais partie du boulot ! »3 affirme également Serge Schick, directeur de Headway International, un bureau de conseil spécialisé dans les médias. Il confirme que « lors d’une catastrophe naturelle, ou dans un pays frappé par la censure, les rédactions ne discutent plus l’intérêt de récupérer des documents non professionnels ».4

Les chaînes et les Agences de Presse cherchent également désormais directement sur les réseaux sociaux. En 2009, CNN présentait un « Iran Desk » où quatre journalistes étaient filmés devant leurs ordinateurs, traquant les vidéos en temps réel. En 2010, lors du meeting du réseau professionnel We Media, Thomas Curley, le Directeur de l’Associated Press, une des agences d’information les plus influentes au monde, annonçait la création d’un Social Media Desk, un bureau dédié aux médias sociaux. Aujourd’hui, tous les médias d’information possèdent leur propres structures ou journalistes dédiés à la veille sur internet.

Les chaînes peuvent également passer des « appels à images ». Ainsi, en 2005, quelques heures après les attentats de Londres survenus dans le métro et face à l’impossibilité d’être sur place, la BBC mettait en ligne un appel aux contributions amateurs : « Soyez nos yeux » (« We want you to be our eyes ») et « Nous voulons vos images » (« We want your pictures »). Le jour même, elle recevait des centaines de photos, prises avec des téléphones portables, dont les plus frappantes firent la une des plus grands quotidiens, du New York Times au Washington Post.

Enfin, la plupart des chaînes de télévisions utilisent leur propre site internet pour obtenir des contributions amateurs en mettant à disposition une adresse e-mail, un formulaire de contact, ou un numéro de téléphone destiné à « alerter » la rédaction, comme pour LCI ou i-Télé, ou une plateforme dédiée où les vidéos peuvent être uploadées.

Services dédiés aux images amateurs des principales chaînes télévisées d’information (2011).

La première plateforme du genre est lancée par CNN en 20065, c’est « iReport » . Avec plus de 723 000 « iReporters » enregistrés et une moyenne de 2 millions d’utilisateurs chaque mois, elle se place loin devant ses concurrentes. La communauté des « iReporters » aurait produit 752 739 vidéos et photos avec une moyenne de 15 060 « iReportages » par mois (Source : iReport server log data).

Le groupe de Rupert Murdoch, News Corp, et sa chaine Fox News, se lance également dans la mêlée avec « uReport » en 2009. La filiation avec CNN est à peine dissimulée mais le groupe voit plus grand : à la plateforme sur le site de la chaîne s’ajoute une passerelle avec le site communautaire Myspace, alors l’un des plus important réseaux sociaux, (sur le point d’être devancé par Facebook). Le succès est cependant bien inférieur à celui de sa concurrente CNN.

Autre petite sœur de iReport, la plateforme de France 24, « Les Observateurs », est gérée par Julien Pain, anciennement en charge du bureau Nouveaux Médias de Reporter sans Frontières. Il présente également l’émission qui lui est dédiée. Mais les vidéos ne servent pas uniquement à l’émission et elles sont régulièrement transmises à la rédaction du Journal Télévisé de France 24.

De nouveaux intermédiaires

Résumé des principales routes empruntées par les vidéos amateurs, de la scène à la chaîne.

De nouveaux acteurs s’imposent également dans le marché des images. Parmi les agences, des sites spécialisés dans l’image amateur viennent s’ajouter aux agences classiques comme AP6, Reuters ou l’AFP7.

Certains se positionnent comme des sites de partage disponibles à donner ou vendre leurs contenus aux chaînes ou aux agences sans nécessaire stratégie de vente ni contact direct et sans prévoir nécessairement une rétribution des contributeurs. Parmi eux, le site Youreporter.it par exemple. Avec quelques 15 000 inscrits et un nombre indéfini de contributeurs actifs, le site reçoit une cinquantaine de vidéos par jours, parfois plusieurs centaines en cas d’évènements particuliers. D’après le  cofondateur de Youreporter.it ((Entretien réalisé via mail, mars 2011.)), une dizaine de vidéos par semaine reçoit une exposition au delà du site et seules les agences payent les contenus qu’elles récupèrent.

D’autres sites sont orientés vers la vente et la rétribution des contributeurs, au même titre que les agences classiques, et en revendiquent le statut. Parmi eux, un français: Citizenside. Créée en 2006 suite aux attentats de Londres et à l’exemple de l’appel de la BBC, l’agence d’abord spécialisée dans la photographie amateur est désormais un gros fournisseur de vidéos dont la production est en plein essor. Avec 50 000 inscrits, quelques 10 000 contributeurs actifs, et plusieurs exclusivités retentissantes comme la vidéo de John Galliano tenant des propos douteux sur Hitler, ou les premières images de Jérôme Kerviel, le site est rapidement devenu incontournable. L’AFP ne s’y étant pas trompée, elle est entrée au capital de Citizenside dès 2007 lui offrant ainsi une base de clients indirect via son service « ImageForum » et une reconnaissance médiatique non négligeable. Le système de rétribution des contributeurs établi par Citizenside est le suivant : 65% de la vente leur revient si la vente a eu lieu dans leur pays et 50% si elle concerne un média étranger. Le prix appliqué dépend de la rareté de la vidéo, de l’usage qui en sera fait (ouverture du JT, quelques secondes ou plusieurs minutes, double page ou couverture..), de l’audience du médias (télé nationale, de la TNT, site web..), et du nombre de rediffusions.

Mais pour être considéré sur le marché des images comme un intermédiaire fiable, Citizenside a du établir un processus de certification. En effet, le problème majeur posé par les images amateurs dont les auteurs sont anonymes et qui ne contiennent pas d’indications de lieux ou de date, est la vérification.

Lire la suite: La vidéo amateur au journal télévisé (2/2)

  1. dans le cadre du Master «  » de l’IFP, Université Paris II []
  2. MARZOLF Hélène. (21 février 2010), « Les JT très amateurs d’images amateurs », Télérama.fr, http://television.telerama.fr/television/videos-sous-surveillance-les-images-amateurs-a-la-tele,52793.php?nocache=1284089039662.5 (consulté le 06/01/2011). []
  3. ibid []
  4. ibid []
  5. Le lancement officiel a lieu le 13 février 2008. []
  6. Associated Press []
  7. Agence France Presse []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *