Manufestation

Parmi les nouveaux « répertoires » de la contestation (dont la vidéo ferait partie), il semble qu’il faille désormais compter avec la mise à nu du corps.

(de gauche à droite et de haut en bas) Une mise à nu pour les droits des femmes avec les Femen bien sûr (1) immitées par les dits Hommen contre le mariage pour tous, contre l’aéroport à Notre Dame des Landes (2), contre la hausse des frais de scolarité au Canada (3) comme au Chili ou en Colombie, contre les vêtements en fourrure avec l’organisation PETA qui en use et abuse (4), contre la pêche intensive avec la campagne Fishlove (5), contre la Corrida (6) et contre la maltraitance des animaux en général en Espagne (7), contre les coupes budgétaires à l’école avec les Dépouillés (8), ou encore pour les droits des paysans sans terre au Mexique avec le mouvement des 400 villages (9)1

Les initiatives individuelles sont également légion comme l’élu municipal de Montbéliard qui se fit photographier nu pour protester contre la déclaration de patrimoine (image de gauche), ou l’actrice porno italienne, Laura Perego, qui se dévêtit à la Bourse de Milan pour dénoncer la mauvaise gestion économique en lançant « l’Italie se retrouve en slip! » (image de droite).

©MXPPP/PHOTOPQR/L’EST REPUBLICAIN

©excite.it

Dernièrement ce sont les deux jeunes Amina Tyler en Tunisie et Aliaa Magda Elmahdi en Egypte qui ont fait beaucoup parler d’elles. La liste est donc longue et s’allonge continuellement, et le nombre d’articles dédiés2 et de diaporamas3 également.

Mais cette « nouveauté » en est-elle vraiment une? On pouvait lire dans Libération « Les cocktails molotov au musée, les banderoles au placard, voici venu le temps du manifestant nu »4 il y a déjà… 10 ans! Le phénomène en compte, lui, bien plus.

En effet, on peut par exemple rappeler la photo de Kommune 1 datant de 1967, où des membres de la communauté allemande qui avait multiplié les actions provocatrices pour la libération sexuelle, posaient nus avec le célèbre slogan des années 1960, « Le privé (ou la vie privée) est politique » (Das Private ist politisch!). L’écho avec une des photos de campagne du Parti Pirate n’en est que plus troublant… L’héritage de Kommune 1 est d’ailleurs revendiqué dans une image réalisée par des militants allemands de la confédération d’association contre la pauvreté dans le monde Oxfam, pour rappeler aux pays membres de l’ONU qu’ils avaient promis 0,7% de leur PIB pour alimenter l’aide internationale.

http://iconicphotos.wordpress.com/

©REUTERS/Tobias Schwarz

Et puis bien sûr, sans revenir sur le phénomène Femen (lire ici et ), je rappellerai comme d’autres avant moi (lire ici et ), que si elles n’ont pas inventé l’eau chaude, elles n’ont pas inventé les seins nus non plus. Des féministes européennes des années 70, mais aussi des femmes africaines auraient ainsi régulièrement usé de leur corps nu comme outil de contestation (depuis 1929 semble-t-il!) comme au Nigeria en 2012:

http://www.okayafrica.com/

Ce mode de contestation aurait été également une pratique courante, des hommes comme des femmes, durant les années de l’Apartheid. « Le setshwetla, la manifestation nue, était menée alors par les prisonniers politiques contre les pratiques carcérales du régime de Pretoria » (extrait de l’excellent billet de Jean-Christophe Servant « Face aux armes, l’âme nue », 5 décembre 2008, Blog du Diplo « Echos d’Afrique »), comme le firent d’une autre manière les prisonniers de l’IRA avec la « blanket protest » où ils choisirent de rester nus plutôt que de porter l’uniforme de la prison.

Si nouveauté il y a, elle est donc ailleurs.

Il faut d’abord distinguer la « manufestation » (néologisme semble-t-il inventé par les manifestants canadiens) de la campagne photographique comme celle de l’organisation PETA, des Dépouillés, de Fishlove, ou encore du photographe mondialement connu Spencer Tunick qui a fait du nu son fond de commerce5. Si la première produit indirectement des images et les provoque, la seconde ne produit pas forcément un engagement physique dans la rue. C’est bien du côté d’un « engagement par l’image » que se situe la forme contemporaine d’appropriation de ces pratiques : à la manifestation et à la campagne de communication s’ajoutent donc aujourd’hui des formes de campagnes photographiques collaboratives qui participent des nouvelles pratiques de contestation en ligne.

Citons par exemple la mobilisation en soutien à Ai Weiwei accusé de pornographie pour une photo dans laquelle il posait nu avec quatre femmes6. Des milliers d’internautes ont « protesté » en réalisant et mettant en ligne des photographies d’eux mêmes nus avec le slogan « Nudity is not obscenity », sur Twitter7 mais aussi sur un site dédié.

Capture d’écran du site « Ai Weiwei fan’s nudity »

Par ailleurs, il ne s’agit désormais plus tant de nudité que de l’utilisation du corps comme support de texte. Dernièrement, c’est pour la jeune tunisienne Amina qui, au contraire de l’égyptienne Aliaa précédemment citée, avait utilisé son corps pour y inscrire un message, que de nombreux internautes se sont mobilisés en postant des photos d’eux nus sur les réseaux sociaux. Respectant la forme langagière initiale, le corps nu se voyait affublé d’une inscription: « Free Amina ».

Capture d’écran de la page Facebook « Free Amina »

Que l’écriture soit à même la peau ou sur un écriteau n’a finalement que peu d’importance, les deux formes sont en présence du corps. On peut dans les deux cas penser « l’inscription du sens sur le corps autant que l’inscription du corps comme sens », définition donnée du terme « corpographèse » par Marie-Anne Paveau et Pierre Zoberman8. Les exemples de ces usages affluent alors, à commencer par les réponses, visuelles donc, à la mobilisation précédemment évoquée. Ainsi, utilisant le hashtag « #MuslimahPride » sur Twitter, et une page Facebook « Muslim women against Femen« , une autre « campagne photographique collaborative » a été lancée en réponse à la première, et plus exactement à leurs initiatrices.

Captures d’écran de Twitter #muslimahpride

On citera également la page Facebook « The uprising of women from the Arab world« , qui réunit des revendications pour le droit des femmes dans le monde arabe, ou encore la page « Battling Bare« , où des femmes américaines protestent contre les conséquences traumatiques des campagnes de guerre américaines en Afghanistan et leur absence de prise en charge par l’armée de leur pays. En France, la page « Un paquet de gauloises« ,  vit des femmes de militaires se mettre en scène pour protester contre le non-paiement des salaires de leurs maris pendant près d’un an.

Capture d’écran de la page Facebook « Battling bare »
Capture d’écran de la page Facebook « Un paquet de gauloises »

Le point de départ est donc souvent l’ouverture d’un « espace » virtuel pour accueillir ces images: une page Facebook (plus de 10 pour Amina), un hashtag sur Twitter, et plus rarement, un site dédié, rareté qui s’avère significative. La plupart de ces exemples concernent le corps féminin, mais il n’est pas sûr qu’il faille considérer ces pratiques en terme de genre (voir tout de même les riches analyses de Marie-Anne Paveau). Par ailleurs, le dernier exemple voit des corps de femmes mais aussi de filles de militaires exposés (voir ci-dessus les photos avec les déclarations commençant par « Papa »). Cette exposition de corps d’enfants, pas tant par l’âge mais par la position dans la famille, est troublante. Est-elle le signe d’une désexualisation du corps nu dès lors qu’il est le support d’une expression contestataire?

La modernité de ces pratiques ne se trouve cependant peut-être pas tant dans l’utilisation de la nudité comme outil de la contestation, que dans la mise en scène de soi en général pour véhiculer un message, au moyen de la captation photographique ou vidéo, et de sa mise en ligne. Ces usages ne sont d’ailleurs pas l’apanage du discours contestataire (voir le phénomène des Dedipix ou celui dit « The message » apparu sur Youtube et résumé dans la vidéo ci-dessous).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Z-BzXpOch-E[/youtube]

Enfin, c’est la forme de la participation spontanée et collaborative, spécifique aux « actions » en ligne qui émerge ici à nouveau. Le terme « viral », qui évoque le corps, pour parler des phénomènes de propagation prend tout son sens. Par ailleurs, contrairement aux « manufestations », et aux photos de Spencer Tunick, les « campagnes photographiques collaboratives » évoquées réunissent toujours des nus solitaires. C’est une image de soi, qui ajoutée aux autres constituera le collectif. Cette participation individuelle et individualisée est sans doute aussi spécifique aux contestations contemporaines.

  1. (1) http://reflexionsengagees.wordpress.com/2013/05/18/les-femen-finalement-qui-sont-elles/; (2) ©REUTERS/Stephane Mahe; (3) http://www.huffingtonpost.fr/2012/06/08/quebecois-manifestations-nus-reforme_n_1579933.html#slide=1070716; (4) http:/www.funtasticus.com/2009/01/14/more-peta-celebrity-ads/; (5) http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20130528.OBS0890/fishlove-nues-contre-la-surpeche.html; (6) http://www.skynet.be/jack-fr/style/dossier_nus-pour-lutter-contre-la-corrida?articleId=638894#main; (7) ©REUTERS/Sergio Perez; (8) http://www.ecole-depouillee.net/; (9) http://www.terra.com.mx/mujer/articulo/302267/ []
  2. voir: ici, ici, ici ou []
  3. voir: ici, ici, ici et encore []
  4. Guichoux Marie, La contestation à nu, Libération, 12 juillet 2003, En ligne: http://www.liberation.fr/week-end/0101448921-la-contestation-a-nu []
  5. http://www.leparisien.fr/societe/nus-dans-les-vignes-contre-le-rechauffement-climatique-03-10-2009-661604.php []
  6. http://www.rue89.com/rue69/2011/11/21/tous-nus-pour-soutenir-lartiste-chinois-ai-weiwei-226749 []
  7. http://www.huffingtonpost.com/2011/11/21/ai-weiwei-pornography-investigation_n_1105566.html, remarquer la mention « WARNING: LAST TWO SLIDES CONTAIN FULL FRONTAL NUDITY »… []
  8. auteurs de Corpographèse: Corps écrits, corps inscrits, « Itinéraires, Littérature, textes, cultures », 1/2009, L’Harmattan []

10 réflexions au sujet de « Manufestation »

  1. @Thiago
    Merci pour cette étonnante référence! Il serait possible de faire une recherche spécifique sur l’usage de l’humour dans la contestation (si ce n’est pas déjà fait). Les soulèvements arabes en ont donné de surprenants exemples également.

  2. Très intéressant, @lune

    On constate dans l’article la nudité qui réclame des libertés (Femen), la nudité qui conteste le fait d’être dépourvu (Italienne), la nudité qui proteste contre « l’excès » de translucidité (maire UMP)… ou encore elle est là pour choquer, montrer qu’on est désarmé dans le sens propre ou figuré.

    Il me semble aussi que dans les cas des écritures corporelles (mentionnés dans la fin de l’article) il y a le souhait de fusionner discours/opinion et son propre corps/identité. Dans une logique analogue au tatouage qui peut être marqueur identitaire.

    Il y a aussi un type de nu manifestant qui n’est pas encore catégorisé dans votre article : la nudité qui proteste en jouant avec la sexualisation des corps (de forme ironique).

    Voici une vidéo produite par des ouvriers espagnols, après l’annonce de la délocalisation de l’usine ABB en Turquie, et le licenciement de 160 travailleurs de la ville de Pelotas, ES.

    https://www.youtube.com/watch?v=XaW_m8_rEAE

  3. @Mariën
    Merci pour cette magnifique photo!

    @JD
    Merci de rappeler le débat qui a lieu actuellement sur la politique de Facebook en ce qui concerne les images de nudité. Débat commenté ici, voir par exemple: http://culturevisuelle.org/icones/2651.
    Le corps nu d’Amina a aussi fait l’objet d’une sorte de pudeur de la part des journaux comme le Monde. Les photos de Spencer Tunick ou des Femen en action sont publiées pour leur part sans difficultés. Il ne s’agit alors plus tant de pudeur que de statut des images (statut en partie conféré par qui les réalise: le journaliste, le photographe ou un internaute, et qui les diffuse: l’agence de presse, un réseau social). De même il y a des nudités « incontrôlées » (voir également le procès intenté aux deux manifestants de NDdL pour outrage: http://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-nus-contre-le-futur-aeroport-les-opposants-a-la-barre-11-02-2013-581) et d’autres qui paraissent soutenir un discours clair et reconnu. Je crois en effet que le corps est au centre de conflits très actuels.

    D’autre exemples qui m’ont été signalés:

    Quand la nudité n’est pas tout à fait contestataire…:
    http://french.ruvr.ru/news/2013_06_08/Une-fan-de-Poutine-nue-a-pris-dassaut-lambassade-russe-a-Kiev-4068/#220907718

    Un article de Wikipédia qui m’avait échappé:
    http://en.wikipedia.org/wiki/Nudity_and_protest

  4. Cette « mode » de la manufestation n’indique-t-elle pas que la nudité corporelle est aujourd’hui un point de cristallisation, enjeu et témoin de la tension croissante entre libéralisation générale et poussée des conservatismes ou intégrismes en tous genres, dont l’affaire française du mariage gay a été une parfaite illustration ?

    Cette contradiction très américaine (Etat pudibond / principal producteur de pornographie), devient universelle, avec deux positions qui ne cessent de se radicaliser (seins nus versus voile), et dont les lignes de partage échappent aux déterminants habituels (par exemple, Islam traditionnel et Facebook Inc. unis contre les poitrines dénudées). Amorce d’une sorte de guerre mondiale d’un type nouveau, virtuelle mais aux enjeux et effets très réels ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *