Mémoire audiovisuelle

La ville de Bagnols-sur-Cèze dans le Gard s’apprête à mettre un place un dispositif visant à ” créer et entretenir une mémoire audiovisuelle vivante et interactive du territoire”. La description du projet est la suivante:

“Le projet repose sur la constitution d’une base de données composée d’archives audiovisuelles ou de nouvelles séquences spécialement créées. Toutes ces vidéos sont indexées et géolocalisées sur le territoire, grâce à l’application « Memo Ways » développée par Ulrich Fischer.

Muni d’un smartphone et de l’application dédiée, le visiteur va déambuler dans l’espace urbain et interagir avec cette mémoire audiovisuelle. En fonction de ses préférences, de son parcours et de son allure, il compose un film à partir de vidéos géolocalisées. En marchant et en découvrant le territoire, il entend la bande son de son film.

Une fois la balade terminée, le film généré peut être visionné depuis un site Internet dédié. Chaque visite est unique et crée une carte postale vidéo, révélant de façon singulière le lieu traversé.

Véritable outil de médiation du patrimoine, Mémoire Vive implique et valorise les habitants. Ce sont leurs souvenirs, la variété de leurs points de vue qui constituent la mémoire partagée du
territoire. Leurs témoignages enrichissent la rencontre que fait le visiteur avec le patrimoine matériel et immatériel de la ville.”

La proposition semble succéder aux “balades sonores” géolocalisés qui se développent depuis quelques années. Le collectif Soundwalk par exemple propose des  “parcours urbains sonorisés”, réalisés dans différentes métropoles du monde entiers.

by “commune_absence_giboyeuse” (CC Flickr)

On y trouve une découverte des origines du Hip-Hop dans le quartier du Bronx par Jazzy Jay, ou la visite du quartier de Pigalle à travers le récit de la vie sexuelle et sentimentale de Lou Doillon. Chaque fois, c’est une composition sonore très travaillée, interprétée souvent par des acteurs (en France, Virginie Ledoyen, Isild Le Besco…) et mise en musique par des artistes. Les fichiers sont téléchargeables en MP3 ou directement accessibles depuis une application iPhone.

by “A tea but no e” (CC Flickr)

Si les “expériences sonores” de la ville restent principalement le fruit de recherches menées par des artistes contemporains (je renvois ici à l’excellent article de Global Techno) le concept est récupéré également par les entreprises de tourisme, sur le modèle des audioguides de musée (voir Zevisit par exemple).

A Bagnols-sur-Cèze, la proposition est à la fois touristique (mise en valeur du patrimoine) et artistique (création d’un objet: une “carte postale visuelle”), et le visuel vient s’ajouter à l’audio.

Si nous avons tous été saisis un jour ou l’autre par la superposition d’une photo d’un lieu réalisée au début du siècle avec son apparence actuelle, qu’apportera le fait de pouvoir les regarder (étrange flâneur que celui-ci, rivé à l’écran de son téléphone…) “sur place”? Le montage dans un film ou la juxtaposition de deux photographie dans une exposition semble pouvoir produire le même effet. En ce sens, l’impression sonore semble plus puissante. Et le nouveau projet de Soundwalk de “collecter des couches de sons cachés dans les paysages pour dévoiler l’enregistrement d’une activité humaine: parcours de migrations, activités clandestines, anthropologie de communautés en perpétuelle transformation” (1) s’avère plus évocateur: des sons  sembleraient sortir des murs… Pour produire le même effet visuellement, la solution empruntée par le cinéma (voir encore dernièrement l’atroce Prometheus…) est une représentation sous forme d’hologramme-flash-back. L’image du passé entrerait ainsi, physiquement, dans l’espace du présent…

© parisamour.fr

Mais revenons à  l’ intention: il s’agit ici de constituer une “mémoire visuelle”. Le dispositif est pensé en deux parties: archives + vidéos amateurs. La mémoire y est donc un matériau composite d’images institutionnelles reconnues comme “archives” et d’images crées par les flâneurs-filmeurs. Chaque parcours individuel donnera  lieu à un enregistrement pour générer une “carte postale visuelle” propre (“son film”). Mais sans détails sur la façon dont sera conçu le site et donc le type d’interaction: profils, pseudonymes, commentaires?… il est difficile de saisir si cette “mémoire” sera individualisée. Comment les “carte postales” seront ensuite proposées aux autres utilisateurs? Comment nos images deviendront “archive”? Mais encore, quelles seront les “images d’archive” proposées comme telles? D’autres images amateurs, “anciennes”? Quelles informations seront communiquées sur leur origine?

C’est bien la définition de l’archive qui est ici en jeu. Et si les images amateur “anciennes” sont de plus en plus valorisées (INA, festivals dédiés aux “home movies”, films documentaires (2)), la place de la “mémoire intime” crée aujourd’hui est incertaine…

.

(1) “collecting layers of sound hidden in the landscape to uncover record of human activity: migration routes, clandestine activity, anthropological story of communities in flux

(2) Voir dernièrement le documentaire “Ils ont filmé les grands ensembles” diffusé sur Public Sénat qui proposait de redécouvrir la vie en banlieue dans les années 60-70, à partir de films amateurs Super 8.


9 réflexions sur « Mémoire audiovisuelle »

  1. Merci à Ulrich et Hélène pour vos commentaires. Je vais tenter de réunir les questionnements soulevés dans un nouveau billet plutôt qu’un commentaire fleuve. Je vous invite donc à lire la suite dans les prochains jours. Merci encore.

  2. Bonjour Ulrike,
    Une question me vient en lisant tes lignes : quel type de mémoire créons-nous aujourd’hui? La peur d’une mémoire qui échappe (matériaux immatériels, profusion des images) est absorbée par une profusion d’images, de sons, de “créations” (?) La définition d’une archive n’est elle pas d’être le fruit d’un hasard? Ou bien d’avoir une intention première définie, qu’elle soit personnelle (souvenirs d’une foire, d’une plage, d’une naissance, d’un inauguration…) ou historique (manifestation, élection…)? Qu’est ce que nous archivons réellement en faisant cet acte de “flâneur-filmeur” ? Quel est notre axe, notre démarche, notre point de vue, notre légitimité? N’est ce pas dangereux que nous définissions nous-mêmes nos archives, que nous les inventions, les contrôlions ? Au moins aurons nous la mémoire visuelle des moyens mis en place pour créer notre mémoire… révélateur de mécanismes de notre société.
    Que voulons-nous contempler, l’interpénétration des mondes numériques et réels ? Ou bien le monde réel via une image qu’un homme, un jour, dans un espace, produit ?
    Je vais errer dans ces projets,
    merci pour vos commentaires.
    Hélène

  3. Bonsoir Ulrike
    oui, exactement, le projet à Bagnols est une adaptation réalisée à partir des expériences WE et HE (Héritage Expérience). Cette adaptation va à son tour faire évoluer ce “moteur” (le dispositif Memoways) qui fait tourner la mémoire audiovisuelle de manière organique sur le territoire (une petite formule qui mérite explications, j’y reviens tout de suite).
    Donc la mémoire audiovisuelle, ici, c’est à l’échelle du plan. Qu’il soit un plan (extrait) venant d’une archive, un rush venant d’un tournage récent, c’est égal: tout devient mémoire liée au territoire à partir du moment où l’on remet sur le territoire ce que l’on y a filmé. L’acte de filmer comme le fait de prendre “une tranche de réel”, que l’on repose ensuite lors du montage (ou plus précisément, l’indexation) sur le même endroit, de manière virtuelle bien entendu. On prend, on remet, on met à disposition du passant qui peut avoir accès à un fragment d’une histoire de ce territoire.
    A Bagnols, comme avant à Genève et à Paris, l’idée est de croiser les autorités (les images de réalisateurs, de la télévision, mais également des utilisateurs / citoyens) autant que les styles et les époques, en rendant ces images “jouables” par un utilisateur qui peut décider quel chemin prendre à travers cette mémoire. Un chemin historique par exemple, en décidant de ne chercher que ce qui provient des années 60; ou alors un chemin de traverse qui va aller chercher des images qui ne sont pas illustratives de la réalité visible (à Paris par exemple, notre scénario d’usage “le tour du monde en 80 pas”).
    Chaque parcours enregistré crée un film, visible ici http://walking-the-edit.net/fr/movies/derniers-films/ (il y en a quelques centaines pour le moment).
    On a fait une évaluation sur la réception du projet lors des journées du patrimoine à Paris avec Dédale à la Cité Universitaire, si ça vous intéresse je vous envoie les résultats et conclusions (provisoire, dû au fait que notre dispositif est encore expérimental !).

    j’ai fait une présentation spatialisée du concept utilisé pour WE http://prezi.com/zcwxyib0epqw/walking-the-edit-presentation/

    Concernant la question de la mémoire et du territoire, nous organisons à Genève un “laboratoire” la semaine prochaine, plus d’infos ici http://blog.walking-the-edit.net/

    Au plaisir de continuer cette discussion plus loin, meilleures salutations, ulrich

  4. Bonjour,
    merci de ces précisions et de votre passage. Peut être pourriez-vous alors nous fournir quelques nouvelles précisions? Il y a donc une première expérience: Walking the edit qui a donné naissance à une application web: Memoways. Le projet de Bagnols est donc une déclinaison locale de WE comme l’est Heritage Experience à Paris.
    Pour WE, le dispositif est composé d’images d’archives sélectionnées et d’images “filmées par vos équipes”. Dans le cas de Bagnols ce seront des images filmées par des artistes et des images filmées par les marcheurs eux-mêmes qui viendront s’ajouter aux archives. Est-ce exact?
    Pourriez-vous fournir quelques données quant à la réception? Sur le site de WE, une 20e de “films” sont consultables.
    Quel est le public visé? Quel type d’usages espérez vous? Quelle place pensez-vous laisser à terme aux images produites par les utilisateurs?
    Merci encore.
    Ulrike.

  5. Bonjour Ulrike
    je me permet d’envoyer quelques liens complémentaires pour donner plus d’informations concrètes à ce projet qui se met en route actuellement à Bagnols-Sur-Cèze.

    Pour donner une idée de la mémoire audiovisuelle accessible via une déambulation, à Paris le projet Heritage Expérience:
    http://www.heritage-experience.fr/ avec la déclinaison “smartmap” pour présenter les vidéos d’une autre manière, à plat sur une carte http://www.smartcity.fr/smartmap/
    Cette adaptation est basée sur le projet Walking the Edit http://walking-the-edit.net/fr qui lui même repose sur Memoways http://memoways.com/ en français http://memoways.com/product/presentation-en-francais/

    J’espère que ces quelques liens aident à mettre en perspective ce projet et l’appel à projets !
    Merci pour votre billet, salutations cordiales
    ulrich

  6. J’ajoute qu’un autre type de participation est voulu par les porteurs du projet:
    “Pour alimenter la base de données vidéo, une résidence artistique de 10 jours est organisée. Cette résidence vise à constituer un collectif de trois artistes (ou petites équipes) de vidéastes qui arpente le territoire et enregistre des séquences audiovisuelles qui vont en révéler les spécificités.”

  7. Bonjour Ulrike,
    L’orientation de ce projet dans la direction d’une histoire/mémoire du quotidien des habitants (et non seulement dans celle d’une (en)quête esthétique personnelle) est très intéressante. J’espère que tu pourras nous communiquer de nouvelles informations quand la phase de diffusion aura débuté. Les écarts entre le descriptif du projet et sa réalisation seront alors à étudier… dans ce cas j’aimerai particulièrement savoir comment et si les personnes ciblées vont faire usage, s’approprier, détourner ces outils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.