« Définir / devenir une image d’archives » 15-16/11

En lien avec mon précédent billet, je vous signale ce colloque qui aura lieu à l’Université libre de Bruxelles:

« Les images dites d’archives ont envahi notre environnement visuel, par le cinéma et la télévision, par la presse, par la muséographie ou les manuels scolaires. Toute historiographie relative à ces nombreux usages et à leurs migrations et recyclages partirait du principe théorique que toute image du passé constitue un gisement documentaire que l’on peut qualifier d’archives. Dans les domaines cinématographique et télévisuel, hormis l’art de la reprise exercé dans un jeu dialectique entre passé et présent par des réalisateurs comme Resnais, Farocki, Marker ou encore Ophuls, la notion d’image d’archives apparaît également le plus souvent comme un terme générique, consubstantiel à sa référence au passé. Et par ailleurs, on ne compte pas les projets de recherche en Histoire contemporaine, en Arts ou en Sciences de l’information et de la Communication fondés sur l’exploration de fonds d’archives audiovisuelles qui s’abstiennent de tout questionnement sur le caractère spécifique des documents en question.

Or, le devenir archive de l’image photographique ou cinématographique ne va pas de soi. Si l’image n’a pas toujours été pensée à titre conservatoire, certaines logiques communicationnelles, telle la logique télévisuelle du direct qui produit des documents éphémères, semblent contredire la vocation archivistique de l’image. L’objectif de ce colloque est donc d’interroger la notion d’images d’archives, et plus précisément, d’identifier les processus – stratégies, médiations, enjeux et objectifs – qui concourent à conférer à l’image le statut d’archive. En d’autres termes, qu’est-ce qui fait qu’une image devient document d’archives, et son corollaire, qu’est-ce qui fait que certaines images échappent à cette qualification ?

Cette réflexion épistémologique part de l’hypothèse que l’image d’archives n’existe pas en tant que telle mais comme un élément discursif fondé sur une promesse de satisfaction mémorielle, incarnant une trace, un témoignage oculaire médiatisé, qui par contiguïté rend compte d’un moment donné ou d’un événement passé. Partant, l’image d’archives se donne à voir comme un élément émanant d’un contexte spatio-temporel distinct de celui de sa reprise, elle autorise un regard rétrospectif sur un objet ou un événement, déterminé par l’intention du réalisateur et censé être compris comme tel par le spectateur.

L’énoncé de cette hypothèse est le fruit, relativement récent, d’un processus réflexif sur l’image en général et sur les rapports entre histoire et médias. Deux axes nous apparaissent prioritaires : d’une part la nécessaire généalogie du savoir sur la notion d’archives, sur les enjeux et débats qui ont traversé cette problématique constitutive de la naissance de la photographie et du cinéma. Cette réflexion interdisciplinaire interrogera également les différentes fonctions que l’on peut attribuer à l’image d’archives (monument, document, empreinte, traces, stock-shot…). D’autre part, nous voulons aborder le devenir archivistique de l’image dans une perspective qui questionne et croise les pratiques de la « prise », de l’archivage, et de la “reprise” (réemploi, citation, détournement…) au sein de champs à la fois complémentaires et distincts : cinéma, télévision, arts plastiques, marketing, historiographie, muséographie… »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.