Christchurch en first person shooter

Un attentat sanglant vient d’avoir lieu en Nouvelle Zélande, faisant des dizaines de victimes parmi les fidèles de deux mosquées de la ville de Christchurch. Il vient s’ajouter à la triste liste d’attentats motivés par la haine raciale et perpétrés par des suprémacistes blancs comme ceux d’Oslo et Utoya perpétrés par Anders Breivik en 2011, de Oak Creek en 2012, de Charleston en 2015, de Munich en 2016, de la Grande Mosquée de Québec en 2017, ou encore de Pittsburg en 2018. Le mode opératoire employé ici, la fusillade à l’aveugle, choisi également par les auteurs des attentats que je viens de citer, peut être identifié comme une forme de mise en scène spécifique de l’acte de violence qui diffère de l’attentat à la bombe ou à la voiture piégée. Les deux autres formes sont en effet plus rarement personnifiées c’est-à-dire que les auteurs ne se mettent pas en avant de la même façon et ne s’impliquent pas, physiquement, de la même façon. La fusillade implique en effet d’assumer le geste de tuer pendant plusieurs minutes et de voir ses victimes. Cette considération macabre ne tend pas à désigner des hiérarchies dans ces modes d’action mais simplement à questionner ce qu’impliquent ces choix et ce qu’ils peuvent nous dire d’un autre choix : celui de médiatiser son acte.

Nathalie Paton révèle en effet que les auteurs de school shooting, les fusillades dans les lycées (en particuliers états-uniens mais pas seulement comme elle le rappelle), produisent dans la plupart des cas des « paquets multimédias contenant des vidéos, des autoportraits photographiques, des fichiers musicaux, voir un manifeste écrit listant leurs motivations” (Paton, 2015 : 14) et destinés à être diffusés après leur mort en les adressant directement aux organes de presse, en les laissant à disposition à leur domicile, ou, désormais, en les publiant sur les réseaux sociaux. Du côté des productions vidéo, elle relevait trois type d’objets : les face caméra, les vidéos d’entrainement au tir et les remix audiovisuels destinés à constituer un discours, comme des sorte de vidéo-tracts. L’un des auteurs de l’attentat qui vient d’avoir lieu a lui aussi produit une sorte de « paquet multimédia » constitué d’un manifeste et d’un enregistrement vidéo.

Le manifeste, intitulé « Le grand remplacement », est destiné semble-t’il à motiver son geste. Le document aurait été mis en ligne sur au moins 8 sites, comme pour s’assurer de sa diffusion. Le terroriste aurait par ailleurs incité les internautes du forum 8chan, connu comme un espace de discussion fréquenté principalement par des internautes d’extrême droite, à diffuser ses images, avec la phrase « Faites votre part en diffusant mon message ». La vidéo est cependant d’une tout autre nature : il s’agit d’un enregistrement vidéo en direct de l’attentat par le tueur et, dans ce cas précis, d’un enregistrement diffusé en live sur Facebook.

Étendre la scène d’apparition

Ce geste proprement abominable ne s’apparente pas à ce qu’avait observé Nathalie Paton c’est à dire des objets de communication destinés à expliciter les motivations et à « attester leur appartenance à une communauté », à une « subculture », par un certain nombre de références culturelles, dans le but « de voir leur passage à l’acte caractérisé comme school shooting » (Paton, 2015 : 96). Si le manifeste explicite les motivations, l’enregistrement en direct de l’attentat entre en effet dans un autre registre, il s’agit de faire durer l’évènement et d’en multiplier les spectateurs, d’en « étendre la scène d’apparition » (voir : Riboni, 2016) temporellement et spatialement et donc ici d’en décupler l’effet. Les vidéos d’exécutions réalisées par l’Organisation État Islamique entrent dans le même registre. Cependant elles sont beaucoup plus mises en scène et sont accompagnées de voix off, d’illustrations sonores ou d’insertions graphiques. L’enregistrement de l’acte sans montage ou mise en scène est lui plus ambigu et plus inquiétant en quelque sorte. Par ailleurs il faut ici s’interroger sur les spécificités de la diffusion en direct.

Comme je l’avais déjà discuté il y a quelques années, Mohamed Merah, auteur de l’attentat de Toulouse et Montauban avait lui aussi filmé ses meurtres avec une caméra. Il avait ensuite réalisé un montage avec de la musique et l’avait envoyé à la chaine Al Jazeera. Celle-ci décidera cependant de ne pas le diffuser entravant l’entreprise propagandiste. Les (premières?) images de l’attentat de Christchurch ont elles été diffusées en livestreaming et les tentatives de bloquer la diffusion des images à postériori semblent infructueuses, la vidéo étant été copiée, remise en ligne, saisie en arrêts sur images, etc. La diffusion en direct permet une autonomie totale : le filmeur peut non seulement diffuser ses images sans dépendre d’intermédiaires, mais également sans être censuré ou commenté par la voix d’un journaliste. Au vu des informations dont nous disposons à l’heure où j’écris ces lignes, il semblerait que le terroriste n’ait pas commenté son passage à l’acte pendant qu’il filmait, mais qu’il aurait diffusé de la musique et appelé à suivre un compte Youtube spécialisé dans l’analyse de jeux vidéos, comme s’il s’agissait d’une vidéo promotionnelle.

Produire des complices

Le partage de la violence n’est cependant pas le propre des acteurs d’actes terroristes de grande ampleur, on rappellera en effet les précédents macabres de meurtres, d’actes de tortures ou de viols collectifs mis en ligne ou filmés en direct sur Facebook live, sans autre forme de revendication. Le partage gratuit de la violence parait incompréhensible. Quand elle est incarnée et portée par un individu, elle est peut être motivée par le « syndrome d’Erostrate » suggère Le Monde, «  en référence à cet homme qui incendia le temple d’Artémis à Ephèse dans le seul but d’être connu, un épisode remontant à… l’antiquité grecque. ». Une lecture psychologisante qu’on pourrait retraduire socialement par un besoin de reconnaissance sociale. Quand les auteurs restent anonymes cependant, les motivations semblent bien plus insaisissables. On pourrait suggérer que le geste peut être l’expression d’un désir, conscientisé ou non, de produire des complices, de justifier son acte par ses spectateurs potentiels.

Produire des répliques?

Cependant, dans le cas qui nous occupe, l’ambition semble d’abord celle de s’assurer une médiatisation et de potentiellement inspirer d’autres personnes pour produire des répliques. La croyance dans les capacités à convaincre de l’image, en particulier audiovisuelle, sont largement partagées et ne sont pas le fait que de leurs producteurs. Ainsi, le discours des autorités et des acteurs médiatiques tentant d’entraver leur circulation porte précisément sur le risque d’inspirer et de produire des « copycats ». Le terme inconnu en France est agité pourtant à chaque évènement de ce genre dans les médias anglo-saxons, comme aujourd’hui par exemple dans un article de CNN. Il désigne selon Wikipédia « le comportement de mimétisme favorisé par la publicité médiatique accordée à un acte particulièrement dramatique ». Cette hypothèse de la contagion, causée directement par l’exposition médiatique, est ici attribuée à la vidéo elle-même et elle seule.

Une dernière remarque s’impose. Au delà du fait que la diffusion live permet une plus grande autonomie des instances médiatiques, il semblerait que le « paquet multimédia » ait été particulièrement bien pensé pour l’écosystème numérique. Plusieurs articles (ici et ici par exemple) soulignent en effet que le « manifeste » tout comme la vidéo auraient été pensés pour assurer leur viralité, par l’usage d’un vocabulaire précis mais aussi l’interpellation de figures médiatiques (un Youtubeur aux millions d’abonnés) ou politiques (une conservatrice pro-Trump), contraintes dès lors de se positionner… et donc de redoubler l’écho. Comme le soulignait déjà Nathalie Paton, les acteurs de ces tueries ont donc un rôle actif dans la production des évènements médiatiques, bien que que l’autonomie interpétative doive être tempérée. Par ailleurs, si nos réflexions portent sur les usages de l’image, il est important de souligner que la production d’un manifeste de 73 pages, comme l’avait fait Anders Breivik (plus de 1500 pages!), désigne ici le texte comme un outil de communication central que les images de l’horreur ne devrait pas faire oublier. Dans l’ère du tout vidéo, ces personnes écrivent donc autant qu’elles filment.

***

Nathalie Paton, School Shooting. La violence à l’ère de Youtube, MSH Editions, 2015.

Ulrike Lune Riboni, “Juste un peu de vidéo.” La vidéo partagée comme langage vernaculaire de la contestation : Tunisie 2008-2014, Thèse de doctorat, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.