quand voir n’est pas croire, video et violences policieres

Comme plusieurs observateurs/trices l’ont remarqué (ici par exemple), le sujet des violences policières semble enfin commencer à être considéré dans le débat public. Le terme même de « violences policières » a longtemps été nié par les politiques (Christophe Castaner et Emmanuel Macron ci-dessous ou encore Macron  ici) et ignoré par les médias. Cette obstination à nier l’expression est révélatrice de ce que son adoption suppose d’admettre : que la violence de la police puisse être illégitime et qu’il puisse ne pas s’agir que de faits isolés. L’expression est en effet au pluriel et vient remplacer celle de « bavure policière », depuis longtemps contestée par les militant.e.s antiracistes, en particulier pour la conception accidentelle qu’elle donnait aux violences pourtant vécues comme structurelles. Castaner le dit lui même « la notion de violences policières ça veut dire qu’il y a un système (il insiste) policier construit sur la violence ». 

 Ne parlez pas de “répression” ou de “violences policières”, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit. 

Emmanuel Macron, 7 mars 2018, lors d’une réunion du grand débat national dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Lentement pourtant, on a donc vu apparaître l’expression dans les titres de dizaines d’articles de presse et de médias en ligne ou même dans les bandeaux des chaînes d’info en continu.  Les mots sont importants. Mais si une bataille vient peut-être d’être gagnée, on ne saurait crier victoire trop vite.

Les mots sont importants

On se surprendra d’abord du nombre ahurissant de cas recensés et dénoncés de blessures (pendant le mouvement des Gilets Jaunes par exemple) et de morts (depuis des années dans les quartiers populaires), avant que le sujet soit enfin considéré. C’est là un cas tout à fait exemplaire d’effacement pur et simple de ce qui constitue de fait un phénomène social et c’est peut-être d’abord ça qu’il faudra retenir. Comment les politiques et les acteurs médiatiques ont-ils pu taire cette réalité si longtemps?

Nommer, on le sait, c’est faire voir, c’est créer, porter à l’existence. Et les mots peuvent faire des ravages : islam, islamique, islamiste – le foulard est-il islamique ou islamiste ? Et s’il s’agissait d’un fichu, sans plus ? Il m’arrive d’avoir envie de reprendre chaque mot des présentateurs qui parlent souvent à la légère sans avoir la moindre idée de la difficulté et de la gravité de ce qu’ils évoquent et des responsabilités qu’ils encourent en les évoquant, devant des milliers de téléspectateurs, sans les comprendre et sans comprendre qu’ils ne les comprennent pas. Parce que ces mots font des choses, créent des fantasmes, des peurs, des phobies ou, simplement, des représentations fausses.

Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Raisons d’Agir, 1998

L’expression n’a donc toujours pas effleuré la bouche des politiques, Emmanuel Macron tient à rappeler précisément qu’il ne faut pas « généraliser » et Sibeth Ndiaye ou Christophe Castaner continuent de refuser de l’employer. Macron affirme cependant que « il y a eu très clairement des images ». « Il n’y a pas d’images de violences policières » disait Castaner, « il y a très clairement des images », dit aujourd’hui Macron. Des images de quoi alors?

Christophe Castaner a été interpellé et confronté à des vidéos de violences policières une première fois en février 2019 par le journaliste Hugo Clément et une deuxième fois par Azzeddine Ahmed-Chaouch, hier, en janvier 2020 donc. Les deux journalistes et leurs tablettes tentent donc de « faire voir » ce que le ministre refuse obstinément de reconnaitre. À un an d’intervalle, son discours n’a quasiment pas bougé : ce ne sont que des extraits et il nous manque la séquence complète, les policiers sont acculés etc.

Christophe Castaner et Azzeddine Ahmed-Chaouch, janvier 2020 
Christophe Castaner et Hugo Clément, février 2019

Si les politiques ne semblent pas ciller, les médias ont donc bien lentement – très lentement – mis le sujet à leur agenda, en particulier en mobilisant  les images, les vidéos-preuve qui circulent de manière massive depuis l’année dernière.  Là encore, on reste stupéfait du nombre d’images et de mois qu’il aura fallu pour que le phénomène soit considéré. Pourquoi donc maintenant et pourquoi ces vidéos là? Les réceptions de deux vidéos récentes – celle du croche-pied du policier à la manifestante et celle du plaquage ventral mortel de Cédric Chouviat – sont interessantes à plusieurs égards.

Regards et rapports sociaux

Le jeune Adama Traoré est très certainement mort suite à un plaquage ventral. Cette méthode d’interpellation suppose en effet que le corps du suspect supporte celui de plusieurs policiers ce qui peut conduire rapidement à une compression thoracique et un étouffement. La famille d’Adama Traoré se bat depuis 2016 pour faire reconnaitre la responsabilité des policiers. Pourtant, aucun politique ne s’est clairement scandalisé de cette mort malgré des preuves accablantes et une mobilisation sans précédent de ses proches. Pourquoi donc Cédric Chouviat, mort dans les mêmes circonstances, émeut-il l’opinion et le même Castaner change-t-il soudain de ton?

La première hypothèse est celle de la présence d’une vidéo (révélée par Mediapart donc). Avant elle en effet, le sort de ce livreur semblait intéresser bien peu de monde. Dans le cas d’Adama Traoré il n’existe  pas de vidéo. La différence de traitement entre les deux affaires tiendrait à ça, le fait que dans un cas une image-preuve existe et pas dans l’autre. Comment expliquer autrement en effet l’attention médiatique pour le palet de lacrymo reçu par des jeunes étudiantes sur leur balcon de Lyon qui n’a pas fait de blessés et le peu de cas qui a été fait de Zineb Redouane, morte après avoir reçu une lacrymogène en plein visage alors qu’elle fermait sa fenêtre à Marseille l’année dernière? Les médias audiovisuels étant fondés sur l’image, il apparaît évident que l’existence d’une vidéo influe de manière déterminante sur le traitement de l’information. Et puis ne dit-on pas qu’il faut « le voir pour le croire »? 

On perçoit cependant la limite d’une telle analyse. Les images ont beau exister, elles ne produisent pas seules la médiatisation, on l’a bien vu avec les Gilets Jaunes. L’agenda médiatique est régit par des  dépendances vis-à-vis des forces politiques et judiciaires1 déterminantes dans la hiérarchie de l’information. Les vidéos de leur côté font systématiquement l’objet de lectures contradictoires, conduisant parfois à d’âpres débats interprétatifs2.  Mais dire que « chacun y voit ce qu’il veut » ne suffit pas à comprendre la construction sociale des regards, marquée par les idéologies et les préjugés, racistes par exemple. Si une vidéo est toujours équivoque et ambigüe de par sa forme même, les processus interprétatifs  sont marqués par les rapports sociaux et certaines images échoueront toujours à « prouver », simplement parce que les victimes seront toujours suspectes. 

 La criminalisation de la victime est d’ailleurs quasi systématique dans les cas médiatisés de violences policières. Comme Adama Traoré fut abondamment présenté comme n’étant pas « une victime innocente mais un délinquant multirécidiviste« , Cédric Chouviat « roulait sans permis depuis plus d’un an » titrera Le Point . On peut également citer Théo Luhaka, gravement blessé lors d’un contrôle d’identité, qui sera quant à lui mis en examen pour escroquerie. Son avocat, Antoine Vey affirmait alors:  « Si c’était arrivé à un jeune bourgeois blanc, sa version n’aurait jamais été remise en cause à ce point ! ». 

L’existence d’une vidéo n’assure donc pas la médiatisation favorable d’un évènement même si elle l’avantage. Il faut d’abord  un contexte favorable (la question a déjà commencé de rentrer dans le débat public) et des caractéristiques écartant la victime de toute catégorie suspecte :  Cédric Chouviat roulait peut-être sans permis mais n’était pas un jeune noir de quartier populaire, n’était pas un militant zadiste (Rémi Fraisse), ni un militant antifasciste (Clément Méric).  Quoi qu’il en soit cette médiatisation et ses conséquences judiciaires sont heureuses et il est à espérer qu’elle conduise à réparation. Il s’agit maintenant de rester vigilants sur les formes de cette reconnaissance du problème public des violences policières, le choix des mots comme nous l’affirmions plus haut, mais aussi le choix des images, comme le démontre la vidéo suivante.

Gratuit ou légitime

La vidéo du croche-pied du policier à la jeune manifestante a connu une médiatisation sans précédents. Anne Sinclair s’en est émue, Christophe Castaner y a fait référence en désignant le geste comme un « croche-pied à l’éthique ». Pourquoi donc cette vidéo là plutôt qu’une autre? On remarquera d’abord que la vidéo n’a pas fait l’objet d’oppositions interprétatives. Etrangement, personne n’a tenté de mettre en doute le croche-pied alors que nier l’évidence est au coeur de certaines stratégies de commentaire de l’image. On peut tout à fait imaginer des objections qui auraient assuré que le fonctionnaire avait simplement malencontreusement relevé la jambe au mauvais moment. Si si, ça s’est déjà vu. On connaît par exemple le cas emblématique de la vidéo du passage à tabac de Rodney King3 en 1991 aux États-Unis où les policiers avaient affirmé être en position de légitime défense, niant ce qui paraissait pourtant évident aux « yeux de tous » : il s’agissait du lynchage d’un homme à terre.

Il est ensuite saisissant de remarquer que c’est sans doute la moins violente de toutes les vidéos qui ont circulé depuis un an. Si on considère deux caractères de la vidéo : le facteur du genre, et donc de la vulnérabilité supposée et la chute sans autre effusion, un exemple vient à l’esprit, là encore reçu tout à fait différemment. Geneviève Legay, pourtant âgée et violemment poussée au sol par des policiers a ainsi été méprisée par de nombreux commentateurs, à commencer par les mêmes politiques.

Là encore on peut suggérer deux explications. Tout d’abord les éléments connus sur la victime. Geneviève Legay est très rapidement présentée comme une militante d’Attac. Si des engagements similaires venaient à être révélés sur la jeune femme bousculée ces derniers jours, il est possible que sa responsabilité dans la violence subie soit engagée différemment. Mais il se joue sans doute autre chose. Geneviève Legay a été poussée et blessée par une charge, la jeune femme a subi un croche-pied surnoi. D’un côté une action policière classique, qui peut donc être justifiée quelle que soit sa violence, de l’autre, un geste perçu comme « gratuit » parce que n’étant pas propre à l’action des forces de l’ordre. En somme en reconnaissant la violence de ce geste on ne remet aucunement en cause la violence dite légitime de la police. Ce constat rejoint celui que nous établissions à propos de la vidéo montrant Alexandre Benalla frapper sauvagement des manifestants : ce n’était pas tant la violence qui était condamnée mais le fait qu’elle soit perpétrée par une personne « non-habilitée »4.

 

*Photo de couverture : Un manifestant contre la Loi Travail blessé par des CRS. Crédits : Christophe ArchambaultAFP*

  1. Dépendance de par les socialisations des acteurs des médias et résultat des conditions de travail. On verra par exemple l’article toujours très actuel de ma collègue Aurélie Tavernier « L’indépendance de l’information : quelle réalité ? Quelles évolutions ? », Cahiers Français, 338, Paris, La Documentation française, 2007, pp. 7-14. []
  2. On verra à ce sujet l’article de Clément Mabi et Edouard Bouté à paraître dans un dossier du 54e numéro de la revue Etudes de Communication que je co-dirige avec Raphaële Bertho []
  3. Nous reviendrons sur ce cas très prochainement sur ce blog. On verra d’ici là le texte de Judith Butler, « ‘Endangered/Endangering: Schematic Racism and White Paranoia » publié dans Reading Rodney King/Reading Urban Uprising de Robert Gooding-Williams, Routledge 1993 []
  4. Ulrike Lune Riboni, « Images anonymes, registres de visibilité et espace(s) public(s) », Questions de communication, 35 | 2019, 153-169. En ligne : https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/19182 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.