« Riot porn », peuple violent, regards déviants

Cet article a fait l’objet d’une communciation au colloque “Formes visuelles du collectif” qui a eu lieu en novembre 2019 à Tours, organisé par le laboratoire L’InTRu. Il devait être publié dans un livre collectif qui n’a malheureusement pas pu voir le jour.

L’expression « riot porn » ressurgit à intervalles réguliers, en particulier dans la presse et dans l’espace médiatique audiovisuel. Elle signifie littéralement quelque chose comme « porno émeutier » ou « porno d’émeutes » mais son origine est obscure. Le mot « porn » semble être utilisé en suffixe pour désigner une production d’images obsessionnelle et un type de représentation esthétisante. On trouve ainsi (également) l’expression « food porn[1] », pour désigner les photographies de nourriture partagées sur les réseaux sociaux ou encore « ruin porn »  pour désigner un attrait spécifique pour les photographies de ruines. On remarquera que l’usage de « porn » comme suffixe désigne donc des pratiques de production et de consommation d’images, fixes ou animées.

Visiblement issue du monde anglo-saxon donc et sans doute récente, l’expression riot porn constitue une catégorie dont l’acception est étrangement variable. Une analyse des usages de l’expression dans la presse, dans les publications académiques et plus généralement dans les contenus en ligne met cependant au jour au moins deux sens antagonistes : il s’agirait selon une première acception d’un type de vidéos amateurs[2] donnant à voir des scènes d’émeutes ou d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Selon une deuxième acception, il s’agirait d’un type de traitement médiatique mettant en avant le spectaculaire et la violence. Dans les deux cas, il s’agit d’un vocable d’acception péjorative qui sert donc à dénoncer soit des représentations amateures qui feraient le jeu de la violence, soit des représentations médiatiques cantonnées au spectaculaire et invisibilisant les autres pratiques, les causes ou les revendications. L’obscénité tiendrait donc dans la mise en images de l’émeute, ici synonyme de violence, soit par les anonymes, soit par les auteurs de l’industrie médiatique. 

Au vu de notre enquête menée sur une vingtaine de titres de presse et de médias en ligne anglophones et francophones[3], sur la base de l’occurrence du terme, il semble que l’usage en français soit cantonné à la première acception et désigne donc les vidéos « amateurs », au contraire des médias anglo-saxons qui privilégient très nettement la seconde. La dénonciation du voyeurisme médiatique disparaît ainsi de l’appropriation française.

Une exception cependant concerne l’utilisation du terme par des vidéastes ou photographes semi-professionnels ou professionnels, présentés comme « militants » et sommés de se positionner par rapport à leur engagement. Ils se voient alors contraints « d’anticipe[r] certaines critiques » comme l’écrit le photojournaliste Yann Castanier[4]. Dans une publication sur sa page Facebook, il présente une série de photographies d’une manifestation de Gilets jaunes destinées semble-t-il au journal Libération, et conclue ainsi le texte de description sensiblement en empathie avec les manifestant•e•s :  « L’accumulation d’images de barricades n’est pas un goût particulier pour le riot porn, mais bien une méthode de présentation pour montrer l’ampleur du mécontentement (j’anticipe certaines critiques) ». Gaspard Glanz de Taranis News, interrogé dans plusieurs articles, s’excuse lui aussi par anticipation : « Je ne fais pas de riot porn. Mais c’est vrai qu’en un mois, j’ai filmé plus de violences qu’en deux ans[5] ». Enfin, Nnoman Cadoret, photographe du collectif Oeil et de Fumigène Magazine présente également sa position en se distinguant de cette pratique ou esthétique : « l’important est de résister à la facilité du riot porn[6] ». On perçoit dans ces exemples que le professionnalisme de ces producteurs d’images pourra être mesuré à l’aune de leur rejet d’un certain type de représentations, surtout s’ils peuvent être suspectés d’empathie avec les émeutiers.

Définition d’un public et pathologisation

L’occurrence du terme dans les médias français est plus précisément lié à quatre types de sujets : des articles sur l’auto-médiatisation des mouvements sociaux qui ont émergé à la faveur des mouvements de l’année 2016 ; des articles portant spécifiquement sur la production et consommation de vidéos d’émeutes désignées comme un phénomène social ou une « mode » ; des articles sur les « black blocs » et/ou les Gilets Jaunes ; des articles sur les « banlieues ». Ces usages participent à la création d’un public de ces vidéos identifié comme les « jeunes de banlieue » ou les manifestants violents, construits comme une catégorie de manifestants illégitimes, comme dans cet extrait :

« Voilà (…) les deux types de manifestants que l’on pouvait trouver aux abords des Champs-Elysées ce samedi. Des jeunes – pour une partie politisés, mais pas tous – biberonnés au riot porn ces vidéos d’émeutes – et venus affronter du CRS (…) Et puis ceux aussi, certainement plus nombreux, comme Joël, empêchés de manifester contre ce gouvernement et pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat[7]. »

La définition d’un public s’accompagne d’une pathologisation : le « porno émeutier » pour les journalistes francophones de notre échantillon serait en effet un type de représentation esthétisant la violence d’une pratique désignée comme problématique, l’émeute, et serait lié à une pratique de production et de consommation spécifique, définie comme compulsive et irrationnelle. De nombreuses occurrences du terme désignent en effet d’abord une pratique de consommation, comme ici dans un article de RFI : « consommer ce genre d’images de violence sur son téléphone porte un nom : le “porn riot“ (…) Autrement dit, le visionnage pulsionnel et jubilatoire de scènes d’affrontement.[8] » La formulation à l’identique est employée dans un article du Parisien : « Le jeune majeur se défend pourtant de faire du “riot porn“, cette mode qui consiste à filmer des manifestations violentes, que des spectateurs regardent de manière pulsionnelle et jubilatoire.[9] » De fait, plusieurs articles affirment que ces images « fascinent » ou « subjuguent[10] » et font même l’objet d’une « addiction », comme ici dans un article du journal Suisse Le Temps : « Le “Riot Porn“ consiste à se passer en boucle des films de manifestations violentes. Les vidéos d’émeutes, une nouvelle addiction après les chatons ?[11] ». Les journalistes « engagés » évoqués plus haut peuvent également participer à désigner des publics aux comportements addictifs : « [Le riot porn] ça fait grimper les followers en manque d’adrénaline » affirme ainsi Nnoman Cadoret[12]

La plupart des articles francophones usant du terme construisent donc la figure d’un public immature, jouissant du spectacle de la violence et dirigé par ses « pulsions ». Sur ce point, considérer la construction du problème public de la pornographie audiovisuelle[13] établit un parallèle éclairant : comme les images pornographiques, les images d’émeute feraient l’objet d’une addiction, comme les images pornographiques, elles solliciteraient les pulsions et les instincts, ces élans de la sensibilité, nécessairement condamnables. Les experts mobilisés semblent le confirmer comme ici le sociologue Gianni Haver qui affirme :

« Ces vidéos réveillent les mêmes instincts que la contemplation d’accidents. Elles permettent de jouer au voyeur sans courir de risque, là où le passant ne pourrait pas rester sur le trottoir d’en face sans danger. (…) Le “riot porn“ dit bien son nom : nous sommes aujourd’hui dans une culture de consommation cumulative d’objets semblables, à la recherche de sensations, comme dans le porno. Mais regarder une émeute sans y participer, n’est-ce pas comme regarder du sexe sans le faire : une position de perdant ?[14] (je souligne) »

L’affirmation postule qu’il y aurait donc un « instinct » voyeur, une position de jouissance passive que ces vidéos pourraient combler. Par ailleurs le regard implique ici l’exclusion de la scène, une position qualifiée de « position de perdant ». Comme pour la pornographie audiovisuelle, le regard est donc déviant, suspect de vouloir voir, suspect de ne pouvoir faire, incarnation de la position du « frustré ». Comme pour la pornographie, cela implique enfin un désir mimétique[15]. En effet, l’usage du terme s’accompagne souvent d’un implicite : ces contenus auraient une influence sur les publics.

Le désir mimétique

Quatre journalistes m’ont contactée depuis 2016 pour que je leur parle de riot porn et toutes et tous venaient d’abord avec la certitude que ces images stimuleraient des désirs de passage à l’acte. Quand elle n’est pas une certitude, la question des effets reste centrale, comme ici dans un article de LCI qui titre : « quel est l’impact du partage massif d’images de manifestations violentes sur le mouvement des Gilets Jaunes »[16]? Cette croyance dans les effets est la même que celle projetée sur la pornographie ou les jeux vidéo, régulièrement accusés de provoquer des addictions et des désirs mimétiques et d’être en définitive responsables de la violence de genre d’une génération dans le cas du porno ou de l’attrait pour les armes à feux et du désir meurtrier dans le cas du jeux vidéo[17]. La peur des désirs mimétiques des publics se manifeste aussi dans les moral panics[18] qui accompagnent la diffusion de certains films, comme dernièrement autour du film de Todd Philipps, Joker .

Le critique états-unien Jordan Mintzer[19] affirmait récemment que beaucoup de ses collègues avaient comparé le personnage solitaire et violent de Taxi Driver de Martin Scorsese avec celui de Joker pour souligner le danger du deuxième, susceptible d’inspirer des « esprits dérangés ». Cette différence ne serait pas due selon eux à une propriété du scénario ou de la mise en scène qui prendrait moins de distance avec son personnage par exemple, mais à leurs publics : Taxi Driver étant un film d’art, il ne pouvait être mal interprété par son public éduqué, alors que le public populaire du blockbuster Joker serait bien moins à même de saisir la distinction entre fiction et réalité, résumait Jordan Mintzer. La caricature paraît grossière mais la critique cinématographique participe à construire la distinction.

Les publics imaginés du riot porn ne sont pas plus éduqués. Entre les lignes affleurent des « jeunes influençables », qui cassent pour le plaisir, pas pour des raisons politiques, et des classes populaires, Gilets Jaunes ou banlieusardes. Des révoltés immatures, radicalisés ou délinquants qui s’abreuveraient d’images d’émeute sur Internet. Ce dernier point mérite enfin attention : au-delà des publics, la disqualification de ces contenus tient en effet à deux caractéristiques supposées, tout d’abord l’espace de leur diffusion, Internet, et leurs auteurs, des amateurs.

Internet, la « backroom » et l’esthétique amateure

Capture d’écran. Résultats de recherche YouTube pour le mot clef « riots », novembre 2019.

La plupart des usages du terme riot porn contiennent l’implicite que ces vidéos seraient consommées sur Internet, en particulier sur YouTube et Facebook. Pourtant, si les modes de consommation sont peut-être principalement axés sur internet, ces images d’émeutes sont pour leur grande majorité produites par des médias traditionnels : sur YouTube, les résultats pour le mot clef « riots » sont quasiment exclusivement des contenus produits par CNN, Chanel 4 News, Euronews, Guardian News et de plus en plus Russia Today (voir capture d’écran ci-dessus)… Si les utilisateurs qui mettent en ligne ces images les ont parfois (re)montées, en y adjoignant éventuellement de la musique et des effets dramatiques comme des ralentis, les médias traditionnels sont donc les premiers pourvoyeurs de ces images et potentiellement les premiers diffuseurs. Le fait que le rôle de la télévision soit éludé au profit d’Internet permet donc d’asseoir la représentation d’une consommation compulsive qui se développe dans un espace dérégulé où toutes les perversions pourraient s’exprimer. La consommation de contenus sur Internet étant « à la carte », protéiforme et insaisissable, elle fait l’objet de tous les fantasmes : comme on imagine les adolescents s’abreuvant d’images de l’horreur[20], on imagine ces « jeunes de banlieue », ces « casseurs » et autres « gauchistes » violents se passer en boucle des images d’émeute, jouissant littéralement du spectacle dans l’intimité d’un ordinateur personnel (voir capture d’écran ci-dessous).

Photo de stock intitulée : « man watching news about civil riots, aggressive protesters » Shutterstock, 2019.

Par ailleurs, si le « porn » de riot porn est en quelque sorte synonyme d’obscénité, l’obscénité réside dans le fait de représenter une forme de contestation, « violente », sans y être autorisé, ou plutôt dans un but qui est défini comme illégitime. Ce qui semble faire l’objet d’une condamnation c’est en effet que l’émeute puisse être documentée et puisse être esthétisée dans un but qui n’est pas perçu comme informatif ni artistique.

 

Image fictionnelle et référentialité

L’émeute est en effet représentée depuis longtemps comme une forme esthétique, au cinéma depuis La grève de Sergei Eisenstein en 1925 peut-être, en photographie depuis « les lanceurs »[21] de Gilles Caron au moins. Elle est aussi abondamment esthétisée dans la publicité (nous avons identifié et collecté plus d’une quinzaine de publicités qui mettent en scène des émeutes) et les clips musicaux. Cependant, quand l’émeute exaltée par la fiction se rapproche de trop près du réel, le simulacre se fissure. La marque de jean Levi’s a ainsi été contrainte de repousser la diffusion d’une de ses publicités à l’occasion des émeutes de Londres de 2011[22]. Dans la publicité « Legacy » de la série « Go forth », une scène d’affrontement entre un manifestant et la police (voir capture d’écran ci-dessous) a été pointée du doigt comme faisant dangereusement écho aux images documentaires des chaînes d’information de l’époque. Comme le notait un article du magazine Forbes, ce n’était « pas le bon moment pour romantiser les émeutes de jeunes[23] ». La porte-parole de la marque pour l’Angleterre justifia ce report de la diffusion de la publicité en ces termes : « Nous sommes profondément découragés par les événements sans précédent qui se déroulent actuellement au Royaume-Uni […]. Alors que « Go Forth » vise à incarner l’énergie et les événements de notre temps, il ne s’agit pas d’un mouvement ou d’un thème politique spécifique ; il s’agit plutôt d’optimisme, d’action positive et d’un esprit pionnier. Par sensibilité pour ce qui se passe au Royaume-Uni, nous avons temporairement reporté nos spots cinéma et Facebook dans le pays[24] ». L’émeute peut donc être une image fictionnelle mais en aucun cas évoquer un réel « spécifique », comme si l’émeute ne pouvait avoir d’existence visuelle que dans une nécessaire rupture d’avec tout référent. La panique morale autour du film Joker tient d’ailleurs du même procédé, il aurait été diffusé « au mauvais moment[25] » et c’est le fait que la violence représentée soit réaliste qui concentre le problème, contrairement aux films de superhéros à la violence « cosmique » : « Ces actes de violence sont plus faciles à avaler, car ils se produisent à une échelle cosmique qui ne semble pas aussi ancrée dans la réalité. Joker, cependant, est fortement ancré dans le monde réel[26]. »

Capture d’écran publicité Levi’s « Go Forth », 2011.

 

Bodymages et « body genre »

Il y a quelques années, je proposais le terme « bodymages[27] » formé de la contraction de body et de images, pour désigner les vidéos amateurs dont l’effet d’immersion, en particulier dans la tension d’affrontements de rue, était à même de produire des effets d’anxiété et d’agitation sur les corps des spectateurs. Une vidéo tournée dans une rue iranienne en 2009, donnait ainsi à voir des blessés affluer vers le filmeur dont les halètements angoissés emplissaient la bande sonore au milieu des bruits confus de sirènes, de cris ou de tirs. Les mouvements de caméras agités nous plaçant en caméra subjective rendait la séquence particulièrement anxiogène et l’apparition soudaine à l’image de la main ensanglantée du filmeur « comme si » il baissait la tête pour la regarder, ne manquait pas de provoquer la stupeur comme nous avons pu le constater avec nos étudiant•e•s à l’occasion de projections de travail. Si les images d’émeute ne font pas forcément l’objet de prise de vues si immersives, surtout quand elles sont produites par la télévision qui affectionne plutôt les prises de vues aériennes et celles depuis la ligne policière, ces images sont bien adressées aux affects et suscitent consternation, effroi ou excitation et jubilation. C’est avec une certaine ironie qu’il paraît alors éclairant de saisir le « porn » de riot porn au pied de la lettre et de questionner les discours autour des vidéos d’émeute par le prisme des Porn Studies. Le concept de « body genre[28] » développé par la chercheuse Linda Williams, qui désigne les « genres filmiques corporels » c’est-à-dire la pornographie, le mélo, la comédie, le gore, des genres filmiques qui « visent à reproduire dans le corps du public les réactions viscérales portées à l’écran[29] » explique en partie leur condamnation morale. Les genres filmiques « populaires » font l’objet du mépris de la critique érudite parce qu’ils s’adressent aux émotions, aux corps plutôt qu’aux intellects. Dans un mouvement similaire, le fait que dans les images de l’émeute comme dans les images pornographiques « la sensation [puisse] prime[r] sur la signification[30] » explique en partie cette assignation au pulsionnel et au compulsif.

Contrôler les images

L’idée qu’il y aurait un « phénomène » (de production et de consommation) des vidéos d’émeutes ne suffit pour le moment pas à le constituer en problème public à proprement parler, qui impliquerait une éventuelle régulation comme pour les images pornographiques. Pour autant, l’inquiétude qui entoure la diffusion des images d’émeute est perceptible autant dans la conviction exprimée dans l’espace médiatique qu’elles provoqueraient des comportements addictifs et qu’elles pourraient galvaniser des publics, que dans les réactions observées récemment dans la sphère du droit. En France, la Commune est peut-être un des premiers moments où l’État s’est inquiété de la diffusion d’images d’un mouvement social insurrectionnel au point de tenter de l’endiguer[31]. Aujourd’hui, la production des images impliquant des policiers ou des gendarmes est déjà réprimée et fait l’objet d’une attention accrue. Un jeune Gilet jaune dijonnais a ainsi été condamné jeudi 19 septembre 2019 à cinq mois de prison avec sursis pour avoir filmé et diffusé les images d’affrontements entre des manifestants et des gendarmes. Cette condamnation intervient quelques jours après la discussion d’une proposition d’amendement de la part d’un sénateur Les Républicains visant à modifier la loi de 1881 sur la liberté de la presse pour que la prise d’images de policiers et gendarmes sans leur accord soit passible de 15000 euros d’amende[32]. Si l’amendement a été repoussé, le jeune homme a été condamné grâce à un article de loi de 2007 (article 222-33-3 du Code pénal modifié en 2014) visant initialement à pénaliser le « happy slapping », le fait de filmer et diffuser des vidéos de violences commises contre des élèves ou des enseignant•e•s dans les établissements scolaires. Il est intéressant de remarquer que lors des débats au Sénat[33], les violences dont pourraient être victimes les forces de l’ordre avaient cependant été évoquées par certains sénateurs, dépassant donc déjà le seul cadre scolaire.

Pourtant, ce n’est pas que sur la base d’une mise en danger des policiers que s’est appuyée l’accusation. Comme le rapporte le site Arrêt sur Image, « la procureure Caroline Locks a surtout reproché au jeune homme de “donner du crédit au mouvement“ et de “faire remonter la satisfaction des Gilets jaunes“ »[34]. On perçoit bien ici à quel point l’interdiction de la prise et diffusion d’images de manifestations vise autant à empêcher la mise en cause de policiers et gendarmes dans des violences qu’à empêcher l’exaltation d’un mouvement social ou d’un mode d’action. Si des acteurs médiatiques sont persuadés que des images puissent avoir un effet mimétique et si des acteurs du droits considèrent que filmer et diffuser des images pourrait « faire remonter la satisfaction » ou la crédibilité d’un mouvement, l’extension du délit d’incitation à l’émeute (Article 433-10 du Code de procédure pénale qui prévoit déjà l’image comme mode de transmission) ne paraît pas une fiction inatteignable.

Loin d’un débat sur la spectacularisation et son usage médiatique, la catégorie riot porn perd donc de sa possibilité critique dans l’acception francophone que nous avons pu observer. La circulation d’une expression désignant les vidéos d’émeutes comme la forme visuelle déviante d’un collectif déviant constitue dès lors un symptôme important où transparaît une conception ancienne de la foule irrationnelle[35] et plus généralement du peuple illettré dirigé par ses élans violents. L’assignation de l’image de l’émeute (hors institutions légitimes) à la pornographie révèle par ailleurs une conception moralisante des émotions et affects produits par les images, où transparait une conception de publics dirigés par leur scopophilie et leur voyeurisme pervers. La catégorie émerge en outre dans l’espace médiatique français à la faveur de la mobilisation sociale en opposition à la « loi Travail » de 2016. Cette émergence est donc récente et correspond à une période de forte criminalisation du mouvement social[36].

Si nous avons mis au jour ces dynamiques de disqualifications, peut-on pour autant conclure à l’inexistence du phénomène riot porn ? On l’a vu, cette catégorie telle qu’elle est utilisée recouvre à la fois un type de vidéo et un type de consommation. Aucun phénomène social de consommation compulsive d’images d’émeutes n’a été documenté, pas plus que l’existence de vidéos qui radicaliseraient des jeunes en déshérence et des Gilets Jaunes. Mais si riot porn est synonyme de « vidéos amateures d’émeutes » dans l’acception francophone, qu’est-ce donc qu’une vidéo amateure d’émeutes un fois la dimension normative de l’expression riot porn évincée ?

Une « forme visuelle »?

On peut certes rencontrer des vidéos donnant à voir des émeutes sur Internet, et constater que certaines recueillent des milliers de visualisation. Si forme visuelle ou « genre » il y a, il paraît cependant d’emblée difficile à délimiter : ce sont des séquences filmées par des amateurs ou bien par des journalistes ; diffusées brutes sans commentaire ni montage, ou au contraire habillées de musique, de texte et de ralentis. Il s’agit autant de vidéos produites par des anonymes que par des organisations ou des collectifs et mises en ligne sur des Pages Facebook spécifiques, ou indistinctement uploadées sur YouTube ou tout autre plateforme de partage de contenu. Comment déterminer par ailleurs ce qu’est une « vidéo d’émeute » si l’émeute n’a pas été définie ? Le concept d’émeute a-t’il le même sens dans tous les pays du monde ? Il est permis d’en douter tant les contextes contestataires et les répertoires d’action varient d’un pays à l’autre. Qu’en est-il des vidéos de violences policières en manifestation, sont-elles des « vidéos d’émeute » ? On pourrait commencer en choisissant d’être guidé par ce que les internautes et usagers de YouTube désignent comme des émeutes en pistant les vidéos décrites ou intitulées au moyen du mot émeute dans toutes les langues possibles.

Malgré leur variété, peut-on envisager que la réalisation (enregistrement, montage etc.) et/ou le partage de certaines de ces vidéos puissent être guidés par une même intention ? Pour une part d’entre elles, on pourrait supposer un désir partagé, celui de garder trace de la destruction et du désordre, comme pour se rappeler que les institutions, les États, les gouvernants sont fragiles… Garder trace, mais aussi la communiquer donc puisque ces images sont partagées. Certains contenus contiennent par ailleurs des traces plus explicites des intentions de leurs producteurs. Quand elles ne sont pas de simples enregistrements non montés mais au contraire des montages mis en musique, cette dernière devient en effet une clef de compréhension déterminante : les vidéos semblent dire le désir d’exalter la contestation, l’affrontement et potentiellement la destruction avec des musiques tonitruantes ou épiques ou de condamner la répression avec des musiques dramatiques. D’autres montages sont parfois plus complexes comme les récents « joker edit » mêlant les scènes du film Joker où il regarde la ville en proie aux émeutes depuis un taxi avec de vraies images d’émeutes (voir captures d’écran ci-dessous), comme un pied de nez à la panique morale évoquée plus haut.

Captures d’écran de vidéos de montage d’images d’émeute avec des séquences du film Joker de Todd Philips.

 

De nombreuses vidéos ne précisent pas le contexte des images : sur YouTube il n’est pas rare que ni le titre ni la description ne contiennent d’information sur la date ou le lieu des évènements. Dès lors c’est une sorte de « pure émeute », catégorie abstraite détachée même des luttes qui l’occasionnent, qui est donnée à voir. L’absence de données contextuelles construit par ailleurs un genre « d’internationale » de l’émeute, un unique peuple émeutier, animé par la même colère, « partout » dans le monde. Certaines vidéos construisent volontairement cette spatialité et cette temporalité en montant des séquences de lieux et moments différents à la suite, en indiquant le pays au fur et à mesure ou en mélangeant les images sans aucune référence, faisant exister une sorte d’interminable émeute. On trouve ainsi des « best of » des émeutes dans le monde par années (voir capture d’écran ci-dessous).

Capture d’écran d’une vidéo de montage de séquences d’émeutes de l’année 2020.

 

On aurait tort cependant d’exclure une visée informative. Certaines vidéos plus didactiques donnent à voir un panorama des contestations dans le monde mais accompagnées d’informations, parfois détaillées, sur les différents contextes. En France, les vidéos d’émeutes produites par des collectifs tels que Taranis News, Nantes révoltée ou Cerveaux non disponibles par exemple, sont ancrées dans des évènements précis qu’elles documentent. Le site Taranis News s’est par exemple fait connaître en documentant chaque manifestation de la mobilisation contre la « loi Travail » de 2016. Chaque « Acte » des Gilets jaunes a également donné lieu à des montages vidéo par différents acteurs, parfois organisés par villes.

Nous avons ainsi interrogé la constitution de cette catégorie « riot porn » et tenté de révéler les présupposés normatifs qu’elle recèle, les publics et les pratiques qu’elle désigne et qu’elle constitue comme déviants. L’assignation à la déviance et la croyance dans le pouvoir des images de susciter des émotions contestataires est, nous l’avons vu, susceptible de donner lieu à un dispositif répressif. Si les derniers développements (article 24 de la proposition de loi « Sécurité globale » de 2020 destiné à interdire de diffuser des images de la police) visent surtout les vidéos de violences policières aptes à permettre leur dénonciation, le retour régulier au centre des débats du « problème black blocs » et l’ambiguïté des raisons invoquées jusqu’ici pour condamner l’enregistrement et le partage d’images n’excluent pas d’ultérieurs développements visant les images d’émeute. En conclusion, l’ébauche d’une réflexion sur la possibilité d’un « genre » de vidéos d’émeutes et sur les potentielles motivations et les modes de faire (grader trace, partager l’exaltation…) nous semblait nécessaire pour ne pas cantonner les usages aux cadrages normatifs qui les condamnent. Considérer les vidéos d’émeute comme une forme visuelle n’exclue dès lors pas de penser la complexité des usages, entre représentation d’un collectif et constitution d’un collectif, par la jouissance du spectacle et la flatterie de propension virilistes sans doute mais aussi par le partage de l’indignation et l’exaltation d’un collectif mettant en échec, temporairement, les règles et les forces légitimes.

Bibliographie

Beauthier Régine, Meon Jean-Mathieu, Truffin Barbara (dir.), Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010.

Cohen Stanley, Folk devils and moral panics, Mac Gibbon and Kee, Londres, 1972

Coward Rosalind, Female Desire, Paladin 1984.

Gusfield Joseph, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009.

Hunt Lynn (dir.), The invention of pornography. Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800, New York, Zone books, 1993.

Neveu Érik, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, A. Colin, coll. U. Sociologie, 2015

Olivier Mauco, Jeux vidéo, problèmes publics, régulations privées : Histoire socio-politique des dispositifs de contrôle des contenus, Thèse de Sciences Politiques, Université Paris 1, 2012.

Paasonen Susanna, « Étranges promiscuités. Pornographie, affects et lecture féministe. », in Vörös Florian (dir.), Cultures pornograpiques, anthologie des Porn Studies, Amsterdam.

Riboni Ulrike Lune, « Notes pour une definition : “bodymages“ », Billet de blog Window, [url : https://window.hypotheses.org/102]

Tillier Bertrand, La Commune de Paris, révolution sans image ? – Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, Paris, Champ Vallon Editions, 2004.

Vorös Florian, Les usages sociaux de la pornographie en ligne et les constructions de la masculinité. Thèse de Sociologie. École des hautes études en sciences sociales, 2015.

Vörös Florian (dir.), Cultures pornograpiques, anthologie des Porn Studies, Amsterdam.

Williams Linda, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly, Vol. 44, No. 4 1991, pp. 2-13.

 

Notes

[1] En 1984, la journaliste Rosalind Coward a utilisé le terme « food pornography », peut-être pour la première fois, dans son ouvrage Female Desire.

[2] On peut désigner les productions audiovisuelles réalisées en dehors des circuits de production médiatiques comme « amateurs ». C’est généralement l’expression choisie dans les médias audiovisuels pour désigner les vidéos qu’ils n’ont pas produites et qu’ils ont obtenues sur internet dans la plupart des cas. Ce terme, initialement destiné à « celui qui aime » est aujourd’hui utilisé pour distinguer les contenus professionnels des contenus non professionnels. Bien que cette distinction soit désormais difficile à établir à l’heure d’une redéfinition des pratiques de production et de consommation des contenus culturels (nous choisissons pour notre part d’employer « vernaculaire » dans nos travaux) il nous apparait important de garder ici le terme choisi par la sphère médiatique.

[3] La recherche a été menée sur Europresse et au moyen du moteur de recherche Google.

[4] Publication Facebook de Yann Castanier, 2 décembre 2018. [url : https://www.facebook.com/yann.quelquechose.9/posts/1125858664248114 consulté le 10 octobre 2020]

[5] « Gaspard Glanz, le journaliste préféré de la génération Nuit Debout », Tomas Statius, Streetpress, 19/04/2016. [url : https://www.streetpress.com/sujet/1460984322-gaspard-glanz-journaliste-prefere-generation-nuit-debout Consulté le 30 octobre 2019]

[6] «  ‘Riot porn’: pourquoi les émeutes fascinent », Emilie Tôn, L’Express, 07/12/2018. [url : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/riot-porn-pourquoi-les-emeutes-fascinent_2051794.html Consulté le 31 octobre 2019]

[7] « Paris : ces gilets jaunes “invisibles” en marge du chaos », Gérald Andrieu, L’Express, 02/12/2018. [url : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/paris-les-gilets-jaunes-invisibles-de-la-manifestation_2051391.html Consulté le 31 octobre 2019]

[8] « France: Periscope, caisse de résonance des émeutes autour de Paris », Pierre Olivier, RFI, 15/02/2017. [url : http://www.rfi.fr/france/20170215-france-periscope-resonnance-emeutes-banlieues-theo-police-jeunes Consulté le 31 octobre 2019]

[9] « Banlieues : comment éteindre le feu ? », Jean-Michel Décugis, Le Parisien, 14/02/2017. [url : http://www.leparisien.fr/faits-divers/banlieues-comment-eteindre-le-feu-14-02-2017-6679302.php Consulté le 30 octobre 2019]

[10] «  Riot porn”: pourquoi les émeutes fascinent », Emilie Tôn, L’Express, 07/12/2018. [url : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/riot-porn-pourquoi-les-emeutes-fascinent_2051794.html Consulté le 31 octobre 2019]

[11] «  Pourquoi les vidéos de guérilla urbaine enflamment le Web? », Julie Rambal, Le Temps, 27/05/2016. [url : https://www.letemps.ch/societe/videos-guerilla-urbaine-enflamment-web Consulté le 31 octobre 2019]

[12] «  Riot porn”: pourquoi les émeutes fascinent », Emilie Tôn, op. cit.

[13] Neveu Érik, Sociologie politique des problèmes publics, Paris, A. Colin, coll. U. Sociologie, 2015 ; Gusfield Joseph, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009 ; Hunt Lynn (dir.), The invention of pornography. Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800, New York, Zone books, 1993 ; Beauthier Régine, Meon Jean-Mathieu, Truffin Barbara (dir.), Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010.

[14] idem

[15] La psychologique a contribué à construire le problème public des effets de la pornographie selon un paradigme principal, « le paradigme de l’apprentissage (ou de la mimesis) [qui] pose une relation de cause à effet, directe (imitation) ou indirecte (sensibilisation) entre l’exposition aux images et les comportements délinquants. » Vorös Florian, Les usages sociaux de la pornographie en ligne et les constructions de la masculinité. Thèse de Sociologie. École des hautes études en sciences sociales, 2015, p.40. Florian Vorös rapporte par ailleurs que l’idée d’une consommation « addictive » et « compulsionnelle » sont également au cœur des conceptions psychiatriques de la pornographie.

[16] « “Riot porn” : quel est l’impact du partage massif d’images de manifestations violentes sur le mouvement des Gilets jaunes ? », Felicia Sideris, 18/06/2019, LCI. [url : https://www.lci.fr/social/riot-porn-quelle-est-l-impact-du-partage-massif-d-images-de-manifestations-violentes-sur-le-mouvement-des-gilets-jaunes-2124501.html Consulté le 31 octobre 2019]

[17] Concernant la pornographie on se réfèrera aux travaux déjà cités de Florian Vorös qui fournit une synthèse éclairante des termes de cette dénonciation des effets. Concernant les jeux vidéo, deux types d’effets ont été étudiés dans une perspective tout à fait similaire dans les champs de la psychiatrie et de la psychologie, celui de l’addiction et celui de l’incitation à la violence. On verra par exemple la thèse d’Olivier Mauco, Jeux vidéo, problèmes publics, régulations privées : Histoire socio-politique des dispositifs de contrôle des contenus, Thèse de Sciences Politiques, Université Paris 1, 2012.

[18] Cohen Stanley, Folk devils and moral panics, Mac Gibbon and Kee, Londres, 1972.

[19]« Incel ou Gilet jaune ? Derrière le masque du Joker… », Emission Signe des temps, Marc Weitzmann, 27/10/2019, France Culture.

[20] Cette conception présuppose que des images de tortures, de meurtres et de tous types d’atrocités sont disponibles en libre accès sur internet mais aussi qu’elles font l’objet de recherches volontaires de la part des adolescents.

[21] « Le lanceur de pavés » est une photographie de Gilles Caron prise le 6 mai 1968 dans les rues de Paris. Cette figure du « lanceur » est présente également dans ses photographies des affrontements en Irlande du Nord en 1969 (voir par exemple « Un jeune catholique lance un cocktail Molotov sur la police. Londonderry. »).

[22] Quant à savoir ce qui a « contraint » la marque à cette réaction, il semblerait que les outils d’analyse des médias sociaux, tels que Insight Workbench de NetBase, aient contribué à cette décision. Ces outils sont présentés comme aidant les marques à « réagir rapidement aux sentiments, messages ou changements rapides du climat social qui pourraient atténuer la diffusion d’une annonce conformément au plan initial » selon la définition du site de marketing en ligne Constant Contact. [url : https://myemail.constantcontact.com/Localspeak-Happenings–August-2011.html?soid=1104030126641&aid=G2QMcTVq45U Consulté le 20 septembre 2020]

[23] « Levi’s Latest ‘Go Forth’ Ad Romanticizes Youth Riots At The Wrong Time », Matthew Newton, 10/08/2011, Forbes. [url : https://www.forbes.com/sites/matthewnewton/2011/08/10/levis-latest-go-forth-ad-romanticizes-youth-riots-at-the-wrong-time/#5337bb2f38d3 Consulté le 10 octobre 2020]

[24]We are deeply disheartened about the unprecedented events taking place in the UK at the moment and which have impacted communities across the country. While Go Forth is about embodying the energy and events of our time, it is not about any specific movement or political theme; rather, it’s about optimism, positive action and a pioneering spirit. Out of sensitivity for what is happening in the UK, we have temporarily postponed our cinema and Facebook spots in the country.

[25] Scribner Herb, « This is the wrong time for ‘Joker’ », 26/09/2019, Deseret News. [url : https://www.deseret.com/entertainment/2019/9/26/20883375/joker-movie-controversy-criticism-reviews-joaquin-phoenix Consulté 10 octobre 2020]

[26] « Those acts of violence are easier to swallow because they happen on a cosmic scale that doesn’t seem as grounded in reality. “Joker,” though, is heavily grounded in the real world, experts said. », op. cit.

[27] Riboni Ulrike Lune, « Notes pour une definition : “bodymages“ », Billet de blog Window, [url : https://window.hypotheses.org/102 Consulté le 5 janvier 2021]

[28] Williams Linda, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly, Vol. 44, No. 4 1991, pp. 2-13.

[29] Paasonen Susanna, « Étranges promiscuités. Pornographie, affects et lecture féministe. », in Vörös Florian (dir.), Cultures pornograpiques, anthologie des Porn Studies, Amsterdam, p. 65.

[30] Vörös Florian, « Introduction » in Cultures pornograpiques, anthologie des Porn Studies, Amsterdam, p. 10.

[31] Tillier Bertrand, La Commune de Paris, révolution sans image ? – Politique et représentations dans la France républicaine, 1871-1914, Paris, Champ Vallon Editions, 2004.

[32] L’amendement est consultable ici : https://www.senat.fr/amendements/commissions/2018-2019/645/Amdt_COM-13.html

[33] Compte rendu de séance du 9 janvier 2007 consultable ici : http://www.senat.fr/seances/s200701/s20070109/s20070109001.html#section596

[34] « Interdictions de filmer en manif : le “happy slapping” à la rescousse », Laura Raim, 24/09/2019, Arrêt sur Images. [url : https://www.arretsurimages.net/articles/interdictions-de-filmer-en-manif-le-happy-slapping-a-la-rescousse Consulté le 20 septembre 2020]

[35] Cette conception de la foule irrationnelle trouve son origine dans les théories développées par Gustave Le Bon dans son ouvrage Psychologie des foules publié en 1895 et dans les travaux des auteurs qui lui feront suite comme Scipio Sighele, Gabriel Tarde et Henry Fournial.

[36] Cette « criminalisation » analysée par plusieurs auteurs et a pu être dénoncée par les acteurs du droit eux-mêmes comme cet avocat sur le site des éditions Dalloz, « Dalloz, Actualité du Droit », faisant état d’un usage du droit hors norme pour justifier la condamnation de manifestants : Daoud Emmanuel, « De la criminalisation du mouvement social… et des avocats », 6 juin 2016. [url : https://www.dalloz-actualite.fr/chronique/de-criminalisation-du-mouvement-social-et-des-avocats#.X4lqH5MzZTY Consulté le 10 octobre 2020]



Citer ce billet
Ulrike Lune Riboni (2024, 25 février). « Riot porn », peuple violent, regards déviants. visual politics. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwj9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search