Images pauvres, images des pauvres

Ce billet est une version écrite d’une communication donnée dans le colloque “La photographie avec ou sans le capitalisme” organisé par Guillaume Blanc et Taous R. Dahmani qui a eu lieu à l’INHA en décembre 2018.

Images pauvres

En 2009, l’artiste et théoricienne allemande Hito Steyerl publiait un texte inspirant en forme de manifeste : « In defense of the Poor image ». Elle y décrivait ce qu’elle désignait comme des « images pauvres », c’est-à-dire les images numériques circulant sur internet, des images « plongées dans l’incertain du monde digital, au coût de leur propre substance ». Cette « pauvreté » était celle de leur qualité technique, due à des appareils de prise de vue à basse résolution et à la compression nécessaire à la mise en ligne. La circulation des images impliquant de nouvelles compressions, les images n’étaient plus alors que des copies, parfois des copies de copies, des « fantômes d’images » (Steyerl, 2009). Ces images « pauvres » constitueraient selon Hito Steyerl le « lumpen prolétariat dans la société des apparences » (Steyerl, 2009), là où les images dominantes seraient celles en « haute définition » (HD).

Continuer la lecture de « Images pauvres, images des pauvres »

“WINDOW” devient “VISUAL POLITICS”

Ce carnet de recherche s’appelait Window. Il a été un outil d’élaboration de réflexion pendant plusieurs années pendant et après ma thèse. Je l’ai ensuite délaissé pendant 4 ans, de 2020 à aujourd’hui (entre temps j’ai publié un livre, Vidéoativismes, Contestation audiovisuelle et politisation des images aux éditions Amsterdam l’année dernière, en 2023). Peut-être que l’ère des blogs est terminée? Je ne sais pas. En attendant, j’ai décidé de changer le nom et le graphisme de ce carnet de recherche et de retenter de m’en saisir pour publier des articles en cours, des notes etc. Il sera sans doute alimenté aléatoirement mais si certaines de ces reflexions peuvent être utiles à d’autres, je m’en réjouis.

« Riot porn », peuple violent, regards déviants

Cet article a fait l’objet d’une communciation au colloque “Formes visuelles du collectif” qui a eu lieu en novembre 2019 à Tours, organisé par le laboratoire L’InTRu. Il devait être publié dans un livre collectif qui n’a malheureusement pas pu voir le jour.

L’expression « riot porn » ressurgit à intervalles réguliers, en particulier dans la presse et dans l’espace médiatique audiovisuel. Elle signifie littéralement quelque chose comme « porno émeutier » ou « porno d’émeutes » mais son origine est obscure. Le mot « porn » semble être utilisé en suffixe pour désigner une production d’images obsessionnelle et un type de représentation esthétisante. On trouve ainsi (également) l’expression « food porn[1] », pour désigner les photographies de nourriture partagées sur les réseaux sociaux ou encore « ruin porn »  pour désigner un attrait spécifique pour les photographies de ruines. On remarquera que l’usage de « porn » comme suffixe désigne donc des pratiques de production et de consommation d’images, fixes ou animées. Continuer la lecture de « « Riot porn », peuple violent, regards déviants »

Quand voir n’est pas croire, vidéo et violences policières.

Comme plusieurs observateurs/trices l’ont remarqué (ici par exemple), le sujet des violences policières semble enfin commencer à être considéré dans le débat public. Le terme même de “violences policières” a longtemps été nié par les politiques (Christophe Castaner et Emmanuel Macron ci-dessous ou encore Macron  ici) et ignoré par les médias. Cette obstination à nier l’expression est révélatrice de ce que son adoption suppose d’admettre : que la violence de la police puisse être illégitime et qu’il puisse ne pas s’agir que de faits isolés. L’expression est en effet au pluriel et vient remplacer celle de “bavure policière”, depuis longtemps contestée par les militant.e.s antiracistes, en particulier pour la conception accidentelle qu’elle donnait aux violences pourtant vécues comme structurelles. Castaner le dit lui même “la notion de violences policières ça veut dire qu’il y a un système (il insiste) policier construit sur la violence”. 

Continuer la lecture de « Quand voir n’est pas croire, vidéo et violences policières. »

Christchurch en first person shooter

Un attentat sanglant vient d’avoir lieu en Nouvelle Zélande, faisant des dizaines de victimes parmi les fidèles de deux mosquées de la ville de Christchurch. Il vient s’ajouter à la triste liste d’attentats motivés par la haine raciale et perpétrés par des suprémacistes blancs comme ceux d’Oslo et Utoya perpétrés par Anders Breivik en 2011, de Oak Creek en 2012, de Charleston en 2015, de Munich en 2016, de la Grande Mosquée de Québec en 2017, ou encore de Pittsburg en 2018. Le mode opératoire employé ici, la fusillade à l’aveugle, choisi également par les auteurs des attentats que je viens de citer, peut être identifié comme une forme de mise en scène spécifique de l’acte de violence qui diffère de l’attentat à la bombe ou à la voiture piégée. Les deux autres formes sont en effet plus rarement personnifiées c’est-à-dire que les auteurs ne se mettent pas en avant de la même façon et ne s’impliquent pas, physiquement, de la même façon. La fusillade implique en effet d’assumer le geste de tuer pendant plusieurs minutes et de voir ses victimes. Cette considération macabre ne tend pas à désigner des hiérarchies dans ces modes d’action mais simplement à questionner ce qu’impliquent ces choix et ce qu’ils peuvent nous dire d’un autre choix : celui de médiatiser son acte.

Continuer la lecture de « Christchurch en first person shooter »

Soulèvements (premières réflexions sur une exposition)

L’exposition de Georges Didi-Huberman « Soulèvements », place le soulèvement des peuples au cœur d’un projet d’exposition ambitieux retraçant selon les mots de Marta Gili, la directrice du Jeu de Paume : « les formes de représentation des « Soulèvements », depuis les gravures de Goya jusqu’aux installations, peintures, photographies, documents, vidéos et films contemporains ».

Continuer la lecture de « Soulèvements (premières réflexions sur une exposition) »

Visibiliser ou “faire communauté”?

“Tout le monde déteste la police!” C’est ce que scandent, en français, des militants italiens à l’occasion d’une manifestation. La scène  a eu lieu il y a quelques jours, probablement à Turin, et a été filmée puis mise en ligne sur la page Facebook du groupe des jeunes contre le TAV (Train à grande vitesse qui doit relier Lyon a Turin et dont le projet fait l’objet d’une contestation depuis plus de 10 ans). Elle circule très largement depuis, relayée entre autre par de nombreux utilisateurs français. Continuer la lecture de « Visibiliser ou “faire communauté”? »

L’étreinte, le baiser et la caresse

Malgré un titre à l’apparence racoleuse, ce billet ne traite nullement des différentes formes de l’amour courtois, mais des relations plutôt conflictuelles qui unissent manifestants et forces de l’ordre… ou peut-être manifestants et médias.

Acte 1, l’étreinte.

Il y a quelques semaines, une photographie prise à Rome le 12 avril pendant une manifestation nationale contre l’austérité et la précarité a donné lieu à un déchainement d’articles et de commentaires sur le web italien. On y distingue un jeune homme à terre visiblement blessé et semblant tenter de protéger une jeune fille. Continuer la lecture de « L’étreinte, le baiser et la caresse »

Circulations

Si on doutait encore de la circulation des moyens d’action,  Facebook ce matin apporte un bel exemple…

Plusieurs journaux en ligne témoignent depuis environ deux jours d’une nouvelle pratique contestataire qu’ils affirment inventée par les espagnols qui consiste à écrire des messages sur les billets de banque. Ce sont des critiques sous forme de phrases lapidaires mi-slogan mi-tweet, destinées aux banquiers, aux politiciens ou aux concitoyens. On y trouve par exemple:

“Les politiciens et les banquiers sont une honte à la Nation”

“Aux politiciens et banquiers. Comme je sais que ce billet se retrouvera dans vos mains, j’y joins un message. Les voleurs sont des fils de pute”

“Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs”, Malcom X

Continuer la lecture de « Circulations »

Zone sensible

En 1990,  la première organisation nommée Copwatch1, littéralement “surveillance de la police” voit le jour aux États-Unis. Un an plus tard, le 3 mars 1991, le calvaire d’un jeune afro-américain, Rodney King, passé à tabac par des policiers à Los Angeles est filmé par un vidéaste amateur. Largement diffusée, la vidéo bouleverse l’opinion et conduit à la mise en examen des auteurs des violences, à un procès très médiatisé et aux émeutes de Los Angeles de 1992, suite à l’acquittement des policiers mis en cause. La vidéo venait d’être consacrée outil de résistance face aux violences policières. Continuer la lecture de « Zone sensible »

  1. http://www.berkeleycopwatch.org/history.html []

Internet **activisme?

Du médiactivisme au « journalisme citoyen ».

Dans leur livre Médiactivistes, les chercheurs Dominique Cardon et Fabien Granjon1 l’affirment dès la première ligne : « La production de l’information est un enjeu de lutte ». Jusqu’à présent, la remise en cause des médias dominants « et/ou la mise en œuvre de dispositifs alternatifs d’information » pouvait être définie par le néologisme « médiactivisme ». Derrière lui, quelques décennies d’expérimentations des médias « révolutionnaires » aux médias « alternatifs », que Cardon et Granjon résument brillamment, bien que rapidement, dans leur livre. Mais comme le soulignent les auteurs, « le destin du médiactivisme  dans le contexte créé par l’idée qu’il est désormais possible à tous de publier sur internet » est incertain.

Continuer la lecture de « Internet **activisme? »

  1. CARDON Dominique, GRANJON Fabien, Médiactivistes, Paris, Presses de Science Po. 2010. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search