Images pauvres, images des pauvres

Ce billet est une version écrite d’une communication donnée dans le colloque “La photographie avec ou sans le capitalisme” organisé par Guillaume Blanc et Taous R. Dahmani qui a eu lieu à l’INHA en décembre 2018.

Images pauvres

En 2009, l’artiste et théoricienne allemande Hito Steyerl publiait un texte inspirant en forme de manifeste : « In defense of the Poor image ». Elle y décrivait ce qu’elle désignait comme des « images pauvres », c’est-à-dire les images numériques circulant sur internet, des images « plongées dans l’incertain du monde digital, au coût de leur propre substance ». Cette « pauvreté » était celle de leur qualité technique, due à des appareils de prise de vue à basse résolution et à la compression nécessaire à la mise en ligne. La circulation des images impliquant de nouvelles compressions, les images n’étaient plus alors que des copies, parfois des copies de copies, des « fantômes d’images » (Steyerl, 2009). Ces images « pauvres » constitueraient selon Hito Steyerl le « lumpen prolétariat dans la société des apparences » (Steyerl, 2009), là où les images dominantes seraient celles en « haute définition » (HD).

Continuer la lecture de « Images pauvres, images des pauvres »

“WINDOW” devient “VISUAL POLITICS”

Ce carnet de recherche s’appelait Window. Il a été un outil d’élaboration de réflexion pendant plusieurs années pendant et après ma thèse. Je l’ai ensuite délaissé pendant 4 ans, de 2020 à aujourd’hui (entre temps j’ai publié un livre, Vidéoativismes, Contestation audiovisuelle et politisation des images aux éditions Amsterdam l’année dernière, en 2023). Peut-être que l’ère des blogs est terminée? Je ne sais pas. En attendant, j’ai décidé de changer le nom et le graphisme de ce carnet de recherche et de retenter de m’en saisir pour publier des articles en cours, des notes etc. Il sera sans doute alimenté aléatoirement mais si certaines de ces reflexions peuvent être utiles à d’autres, je m’en réjouis.

« Riot porn », peuple violent, regards déviants

Cet article a fait l’objet d’une communciation au colloque “Formes visuelles du collectif” qui a eu lieu en novembre 2019 à Tours, organisé par le laboratoire L’InTRu. Il devait être publié dans un livre collectif qui n’a malheureusement pas pu voir le jour.

L’expression « riot porn » ressurgit à intervalles réguliers, en particulier dans la presse et dans l’espace médiatique audiovisuel. Elle signifie littéralement quelque chose comme « porno émeutier » ou « porno d’émeutes » mais son origine est obscure. Le mot « porn » semble être utilisé en suffixe pour désigner une production d’images obsessionnelle et un type de représentation esthétisante. On trouve ainsi (également) l’expression « food porn[1] », pour désigner les photographies de nourriture partagées sur les réseaux sociaux ou encore « ruin porn »  pour désigner un attrait spécifique pour les photographies de ruines. On remarquera que l’usage de « porn » comme suffixe désigne donc des pratiques de production et de consommation d’images, fixes ou animées. Continuer la lecture de « « Riot porn », peuple violent, regards déviants »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search