Images pauvres, images des pauvres

Ce billet est une version écrite d’une communication donnée dans le colloque “La photographie avec ou sans le capitalisme” organisé par Guillaume Blanc et Taous R. Dahmani qui a eu lieu à l’INHA en décembre 2018.

Images pauvres

En 2009, l’artiste et théoricienne allemande Hito Steyerl publiait un texte inspirant en forme de manifeste : « In defense of the Poor image ». Elle y décrivait ce qu’elle désignait comme des « images pauvres », c’est-à-dire les images numériques circulant sur internet, des images « plongées dans l’incertain du monde digital, au coût de leur propre substance ». Cette « pauvreté » était celle de leur qualité technique, due à des appareils de prise de vue à basse résolution et à la compression nécessaire à la mise en ligne. La circulation des images impliquant de nouvelles compressions, les images n’étaient plus alors que des copies, parfois des copies de copies, des « fantômes d’images » (Steyerl, 2009). Ces images « pauvres » constitueraient selon Hito Steyerl le « lumpen prolétariat dans la société des apparences » (Steyerl, 2009), là où les images dominantes seraient celles en « haute définition » (HD).

Continuer la lecture de « Images pauvres, images des pauvres »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search