Archives par mot-clé : vidéo amateur

Christchurch en first person shooter

Un attentat sanglant vient d’avoir lieu en Nouvelle Zélande, faisant des dizaines de victimes parmi les fidèles de deux mosquées de la ville de Christchurch. Il vient s’ajouter à la triste liste d’attentats motivés par la haine raciale et perpétrés par des suprémacistes blancs comme ceux d’Oslo et Utoya perpétrés par Anders Breivik en 2011, de Oak Creek en 2012, de Charleston en 2015, de Munich en 2016, de la Grande Mosquée de Québec en 2017, ou encore de Pittsburg en 2018. Le mode opératoire employé ici, la fusillade à l’aveugle, choisi également par les auteurs des attentats que je viens de citer, peut être identifié comme une forme de mise en scène spécifique de l’acte de violence qui diffère de l’attentat à la bombe ou à la voiture piégée. Les deux autres formes sont en effet plus rarement personnifiées c’est-à-dire que les auteurs ne se mettent pas en avant de la même façon et ne s’impliquent pas, physiquement, de la même façon. La fusillade implique en effet d’assumer le geste de tuer pendant plusieurs minutes et de voir ses victimes. Cette considération macabre ne tend pas à désigner des hiérarchies dans ces modes d’action mais simplement à questionner ce qu’impliquent ces choix et ce qu’ils peuvent nous dire d’un autre choix : celui de médiatiser son acte.

Continuer la lecture de Christchurch en first person shooter

Visibiliser ou “faire communauté”?

“Tout le monde déteste la police!” C’est ce que scandent, en français, des militants italiens à l’occasion d’une manifestation. La scène  a eu lieu il y a quelques jours, probablement à Turin, et a été filmée puis mise en ligne sur la page Facebook du groupe des jeunes contre le TAV (Train à grande vitesse qui doit relier Lyon a Turin et dont le projet fait l’objet d’une contestation depuis plus de 10 ans). Elle circule très largement depuis, relayée entre autre par de nombreux utilisateurs français. Continuer la lecture de Visibiliser ou “faire communauté”?

“Riot porn”, de quoi parle-t-on?

Il y a quelques mois, alors que je demandais à un ami italien s’il avait suivit la mobilisation et les affrontements qui avaient eu lieu à Cremona suite à l’agression d’un jeune homme par un groupuscule d’extrême-droite1, il me répondit sur le ton de la plaisanterie “bien sûr, je suis comme tout le monde, je mate du riot porn“. L’expression signifie quelque chose comme “porno émeutier” mais comme pour tous les vocables nouveaux, il n’existe pas de dictionnaire éthymologique ou historique et il s’avère difficile de retrouver l’origine et les usages du terme.

Continuer la lecture de “Riot porn”, de quoi parle-t-on?

  1. Le 18 janvier 2015. []

La vidéo amateur au journal télévisé (2/2)

Je souhaite proposer ici un extrait (découpé en deux billets) d’une étude que j’ai réalisée en 2011. Si certains éléments nécessiteraient d’être mis à jour (2 ans et tout est déjà à revoir!), il me semble que les dynamiques générales restent les mêmes. Voir également sur le sujet les deux billets, entre autres, d’André Gunthert “La faute aux amateurs” et “Ne parlons plus des amateurs“. Continuer la lecture de La vidéo amateur au journal télévisé (2/2)

La vidéo amateur au journal télévisé (1/2)

Je souhaite proposer ici un extrait (découpé en deux billets) d’une étude que j’ai réalisée en 20111. Si certains éléments nécessiteraient d’être mis à jour (2 ans et tout est déjà à revoir!), il me semble que les dynamiques générales restent les mêmes. Voir également sur le sujet les deux billets, entre autres, d’André Gunthert “La faute aux amateurs” et “Ne parlons plus des amateurs“. Continuer la lecture de La vidéo amateur au journal télévisé (1/2)

  1. dans le cadre du Master “” de l’IFP, Université Paris II []

Zone sensible

En 1990,  la première organisation nommée Copwatch1, littéralement “surveillance de la police” voit le jour aux États-Unis. Un an plus tard, le 3 mars 1991, le calvaire d’un jeune afro-américain, Rodney King, passé à tabac par des policiers à Los Angeles est filmé par un vidéaste amateur. Largement diffusée, la vidéo bouleverse l’opinion et conduit à la mise en examen des auteurs des violences, à un procès très médiatisé et aux émeutes de Los Angeles de 1992, suite à l’acquittement des policiers mis en cause. La vidéo venait d’être consacrée outil de résistance face aux violences policières. Continuer la lecture de Zone sensible

  1. http://www.berkeleycopwatch.org/history.html []